Telmàriën, le Royaume Maudit Index du Forum
FAQ Rechercher Senregistrer Membres Groupes Connexion
Chasse des Temps Froids
Aller à la page: 1, 2  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Telmàriën, le Royaume Maudit Index du Forum ->
.¤~° L'Auberge Vagabonde du Faiseur d'Etoiles :
-> Les Chroniques des Anges -> An de Grâce 1683
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Œil-de-Verre
Professionnel du Mensonge

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2011
Messages: 81
Sexe: Masculin
RP(s): 1
Race: Néréien
Age: 32 ans
Rôle: Patron de la Taverne de Bacchus et Cassandre
Mental: Opportuniste
Vrai Nom: Selwyn Sandor
MessagePosté le: Sam 26 Nov 2011 - 19:18    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

10 Rutalis, Automne 1683

Citation:
Oyez, oyez, peuple de Telmàriën !

Nous, Haut-Roi Borric Ier, bénis soit son nom, de la Maison Mor'Averh, déclare l'ouverture d'une session de chasse exceptionnelle. Pour l’anniversaire prochain de notre épouse, la Grande Reine Céliya, de la Maison Sil’Raya, nous souhaitons organiser une grande fête au palais de Telrör et offrir un présent digne de notre Dame.

Des rumeurs nous sont parvenues, disant qu’une bête rare et issue des frimas de l’hiver proche auraient élu domicile dans notre contrée d’Ystrath. Une récompense de 1000 Telions d’or à l’audacieux et loyal sujet du royaume qui rapportera ce Sanghore albinos au palais dans une semaine à compter de ce jour, ainsi que notre royale gratitude.

Nous vous souhaitons une vie prospère pour cette nouvelle année ! Louée soit Kilian notre Mère !


Selwyn arracha l’affiche de la porte droite de la Taverne et l‘examina d’un œil critique. Après tout, pourquoi pas ? Il n’était pas contre quelque rétribution. Il froissa le parchemin entre ses grandes paumes et le jeta par-dessus son épaule.

- Jackling !
- Ouais ?
- On ferme pour aujourd’hui. Prend une journée de repos.


L’Oryak n’en crut pas sa chance et s’empressa de plier bagages, préférant filer avant que son patron ne change d’avis soudainement. Le Chuchoteur ferma le lourd cadenas, enclenchant le sortilège – extrêmement coûteux mais utile – de protection, passa le cordon portant la gosse clef de l’entrée autour de son cou en la cachant sous sa chemise, vérifia le contenu de sa flasque à la ceinture et prit la direction des portes de la ville d’un air décontracté et indifférent. Son air habituel. Il se paya un cheval à la sortie et le lança au galop vers les Vertes Plaines d’Ystrath. Un peu de profit de fait jamais de mal !

L’air se rafraichissait sensiblement et le royaume prenait les couleurs rougeoyantes de l’automne. Les saisons froides approchaient. Il se plaça en bordure du vaste territoire, sous le couvert des quelques arbres bordant la route royale et inspecta de son regard acéré les plaines verdoyantes, en quête de ces chevaux démoniaques. Un hennissement loin devant, un mouvement de ligne noire, les Sanghores étaient là. Selwyn espérait seulement qu’ils n’aient pas trop faim et être le premier sur les lieux.


[HRP : Alors, on est d'accords pour des posts [u]courts[/u], rapides (une fois par semaine pour chacun), ça ne devrait pas être trop dur xD C'est juste un délire pour Noël \o/]


" Que voyez-vous ?
Tout, absolument tout. C'est là mon fléau. "
Sherlock Holmes 2
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Sam 26 Nov 2011 - 19:18    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Selijar Sil'Raya
Souverain des Sentinelles

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2009
Messages: 53
Sexe: Masculin
RP(s): 1
Race: mi-Oryak mi-Sorin
Age: 23 ans
Rôle: Souverain justicier
Mental: Hypocrite
Dragon: Jerka
MessagePosté le: Lun 28 Nov 2011 - 22:44    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Selijar regardait d'un œil critique la pille d'affiches posées sur son bureau. Encore une fois, il avait la détestable impression d'être utilisé pour divertir des Héritiers. La peste soit de ces nobliaux qui refilaient à qui mieux-mieux le sale boulot. Une généreuse somme et l'affaire était réglée pensaient-ils ! Pourquoi diable quelqu'un, et surtout une Sentinelle, voudrait chasser pour le roi ? Pire, pour la Reine ? Il en secoua la tête, exaspéré. En tout cas, lui, il ne se donnerait pas la peine de faire quelques efforts pour le plaisir de la Famille Royale. Ça, ça ne lui ressemblerait pas.
Il maugréât encore quelques minutes avant qu'un sourire ne vienne raviver une joyeuse lueur au fond de ses yeux. Un Sanghore Blanc était tout de même une opportunité à ne pas louper, lui qui s'intéressait à ces créatures fascinantes depuis tant d'années ! Il serait bien trop bête de laisser une telle opportunité. D'autant plus que rien ne l'obligeait à fournir le produit de sa chasse aux nobles... C'était bien trop loin de ses ambitions, pensa-t-il sombrement tandis qu'un rictus se profilait sur ses lèvres.

Il saisit négligemment les tracts fraîchement imprimés pour les rendre à la Sentinelle qui était venue les lui montrer.
- Je vais faire un peu d'exercice après cette paperasse ! Si le conseil exige encore de me voir pour quelques futiles questions, dit leur que je suis allé régler quelques affaires.
- Et les affiches, qu'en fait-on ? S’enquit-il, habitué aux frasques de son Souverain.
- Je ne peux décemment priver les Sentinelles d'une bonne rentrée d'argent. Poste-les quand même : s'ils ont envie de se dégrader à donner des cadeaux au Roi Borric Ier, qu'ils fassent !

Sur ces mots lancés avec quelque négligence, il se saisit d'une chaude cape de voyage et descendit aux écuries quérir un cheval. Une demi-journée de voyage lui fut nécessaire pour rejoindre les Vertes Plaines. Il songeât également à prendre un cheval frais à la Capitale. Une fois l’étendue verte sous les yeux, il lui vint à l’esprit qu’un ou deux compagnons - dont un guérisseur – n’auraient pas été de trop...

Le vent frais d'automne lui arracha un frisson, le ramenant à la réalité de la Plaine ouverte aux vents, et à la chasse ! Il relançât son cheval, cherchant du regard un troupeau, des traces ou quelques opportuns. Un chaud acquiescement au fond de son ventre le poussa en avant et il ne tarda pas à voir une silhouette se dessiner. Ayant l’air aussi seule que lui, il s’avança, confiant, tandis que l’inconnu lui dévoilait peu à peu ses traits. Lui aussi semblait à présent l’avoir remarqué, bien que le contraire eu été difficile.

- Hola ! Dit-il un peu fort à son cheval qui semblait décidément un peu sourd. Il me semblait bien vous avoir reconnu, patron de la Taverne de Bacchus et Cassandre, Œil-de-Verre, bien que nous n’ayons pas encore eu le plaisir d’être présenté. A tout hasard... une affaire, que dis-je, une rémunération contre service vous tenterait-elle ? Lui lança-t-il, avec un sourire avenant quoi qu’un peu trop confiant.

Il pensait avoir de bonnes chance de le rallier à lui, du moment que le tavernier y gagnait une bonne somme lui avait-on dit, d’autant plus que faire cavalier seul lui semblait à présent encore plus hasardeux. Il avait confiance en ses capacités, mais il ne pouvait toujours pas décemment combattre seul plus de cinq personnes en même temps. Ce qui risquait fort d’arriver...



"Une véritable Sentinelle ne connaît pas les personnes,
elle ne connaît que les principes."
Revenir en haut
Septima de Voenon
Divin Sang Bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 59
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: mi-Vale mi-Sorine
Age: 20 ans
Rôle: Musicienne folle
Mental: Lunatique
Maison: Lyedesse
MessagePosté le: Mar 29 Nov 2011 - 21:51    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Le souffle fumant du cheval se cristallisait presque dans l'air froid. Ses mains plongées dans les crins soyeux, la jeune Héritière rêvait qu'elle volait au-dessus des nuages. Elle rouvrit néanmoins les yeux et serra les rênes. Les Vertes Plaines d'Ystrath s'étendaient droit devant elle, à perte de vue. Sa jument frissonnait, autant de la fraîcheur de l'air que de la peur. Sa cavalière n'avait pas les yeux perçants d'un aigle mais ses oreilles savaient la finesse des sons. Et elle entendait bien compter là-dessus.

Septima n'aurait jamais cru s'intéresser à pareilles divertissements. Mais cela semblait être à la mode à la capitale. Lorsqu'elle avait vu les affiches placardées un peu partout dans l'enceinte du palais, sa curiosité à peine piquée à vif, elle avait faillis se détourner pour retourner à sa leçon de violon. Mais Dame Viely, pour son plus grand malheur, avait surpris son regard. Sautant aussitôt sur l'occasion, elle poussa sa protégée à aller voir de quoi il en retournait, en la mettant toutefois en garde contre les sacripants qu'elle pourrait croiser à cette drôle d'aventure. Septima en avait été aussi enchantée que si on venait de lui annoncer qu'elle aurait des leçons de tissage : autant dire pas du tout. Elle était donc partie de bonne heure ce matin, se persuadant qu'elle voulait juste voir à quoi ressemblait un cheval carnivore blanc.

Des éclats de voix sur la gauche ! La sang-mêlée se coucha sur l'encolure de sa monture et trottina vers la source du bruit. A travers les arbres qui bordaient la route royale pour traverser les plaines, elle vit deux hommes à cheval. L'un tout vêtu de noir ne lui inspirait aucune confiance. Quelque chose dans son regard vert trop pâle la mettait mal à l'aise. Quant à l'autre, plus volubile et hautain, sa riche sobriété lui fit songer à un quelconque prince. Quoique, avec sa tignasse bleu-noir, elle en doutait finalement. Respirant un bon coup, elle s'avança en prenant un air d'ingénue pas si faux que ça et demanda poliment :

- Excusez-moi, mes seigneurs. Venez-vous pour la chasse en l'honneur de l'anniversaire de notre Reine ? Puis-je vous assister ?

Elle se reprit très vite, bafouilla presque :

- Non, je veux dire... Puis-je vous regarder à l'oeuvre ? Je ne... Je ne veux pas de la récompense...

Oh, zut ! Elle manqua se mordre violemment la lèvre inférieure tant elle se sentit idiote et ridicule. Elle écarquilla les yeux et pointa soudain le doigt en direction de l'horizon. Les Sanghores !

- Oh ! Ils sont là !


" Oh ! How will you find your way ? "
Alice in Wonderland
Revenir en haut
Hawystl'Dneir
Invité

Hors ligne



MessagePosté le: Mer 30 Nov 2011 - 01:27    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Qu'il faisait froid en cette fin d'automne dans les rues de cette cité battue par les vents glacés. Un froid à geler les frocs et ce qu'ils contenaient . Hawyst remonta le col du vieux manteau qu'il venait d'acheter à un soldat de la garde royale atteint par le poids des ans et qui se défaisait de ses souvenirs pour survivre. Le vieux soudard lui avait également proposé une quincaillerie de lames et de décorations mais le lemundr avait décliné. Il préférait son épée légère et sa dague de bonne facture à un sabre émoussé même si très beau. D'ailleurs, il avait du songer à garder un peu d'argent pour s'acheter un cheval et quelques provisions. Pourquoi un cheval pouvait-on se demander.. C'est qu'alors qu'il parlait avec lui, les yeux de ciel s'étaient posés sur une affiche clouée derrière le vieux sur un poteau en bois. Le voleur n'écoutait déjà plus les boniments du vieil homme. Sous ses paupières demi closes, le regard pétillant d'une petite étincelle lisait l'annonce. Une chasse ... Et pas n'importe laquelle. Ouverte par le souverain des terres et lancée contre une bête singulière. Elle devait être rare ou bien difficile à capturer pour que la prime fut si forte. Le voleur songea qu'avec cette somme il pourrait enfin se payer des vêtements neufs et des bottes chaudes et rutilantes. Les siennes étaient plus que fatiguées. Il pourrait également s'offrir plusieurs mois dans une bonne auberge et des donzelles pour réchauffer son lit.

Il avait planté là le vieil homme emmitouflé dans sa couverture miteuse, le coeur au chaud dans ses souvenirs et s'était dirigé chez un maquignon à la sortie de la ville, près d'une auberge de poste. La tentative de l'homme pour lui refiler une vieille haridelle avec un début de fourbure, tourna court. Au royaume de Moire, on élevait des chevaux depuis des générations et Hawyst eut tôt fait de lui faire entendre ses arguments en désignant un cheval d'âge mur mais de bonne configuration. Il négocia le prix avec âpreté. L'animal avait le pied sur, l'oeil vif et un bon aplomb, toutes qualités appréciables au cours d'une chasse. Il avait donc payé un prix qui restait conséquent et n'avait pu conserver que de menues piécettes pour se procurer de la viande séchée qu'il destinait plus à l'appât qu'à sa consommation personnelle. Fort de ses acquisitions, il enfourcha sa monture et partit au galop en direction de la plaine. Il passa sans ralentir les faubourgs de la cité, lieu de villégiature des laissés pour compte, alignement anarchique de baraques en bois pouilleuses assemblées par les nécessiteux. En dépassant les dernières, il se promit de ne jamais en arriver là.

La vaste plaine battue par les vents s'ouvrait à présent sur la ligne d'horizon. Il retint l'allure de son cheval. L'épuiser avant la chasse ne serait pas un bon calcul. Et quand bien même il ne serait pas le premier sur les lieux, si d'autres concurrents fatiguaient un peu la proie, cela ne pourrait que lui être utile. Vivait- elle en troupeau ou seule ? Il l'ignorait n'étant arrivé sur ces terres que depuis peu. L'inconnu avait un goût exaltant pour l'inconscient qu'il était. Le goût de l'aventure. Et l'aventure était tout ce qui restait à l'homme qui avait tout perdu sauf son audace. Il chevaucha encore quelques lieux à travers de petits buissons bas figés, couverts de givre par le blizzard qui régnait en maître à cette époque de l'année. Bientôt il distingua des silhouettes à l'horizon et plus loin, dans la poussière, une masse sombre. Les Sanghores. Ce nom même lui était étrangement familier. Pourquoi avait-il l'image d'une course folle sur une arène sablonneuse ? Encore une étrange réminiscence... il avança vers le petit groupe de cavaliers mais ne s'arrêta pas quand il parvint à leur hauteur, se contentant de les saluer d'un signe de tête. Il y avait là un brun à la mine farouche et un autre qui avait un visage de fille. Son regard dur démentait cependant la finesse de ses traits. Un gamin quand même. Il y avait des gens plus inconscients que lui. Mais la surprise fut à son comble lorsqu'il distingua une jeune femme à leurs côtés. Il fit faire volte face à sa monture et leur dit.

- Que vient -elle faire ici ? C'est un défi pour vous départager et avoir ses faveurs ? Ou vous l'utilisez comme appât ? Vous chassez au vif ?


Dernière édition par Hawystl'Dneir le Mer 7 Déc 2011 - 18:07; édité 1 fois
Revenir en haut
Œil-de-Verre
Professionnel du Mensonge

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2011
Messages: 81
Sexe: Masculin
RP(s): 1
Race: Néréien
Age: 32 ans
Rôle: Patron de la Taverne de Bacchus et Cassandre
Mental: Opportuniste
Vrai Nom: Selwyn Sandor
MessagePosté le: Mar 6 Déc 2011 - 22:15    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

- Seigneur Sil'Raya, vous me voyez flatté de votre attention sur ma petite personne. Sachez néanmoins que j'ai l'habitude de travailler à mon compte mais merci quand même, acheva Oeil-de-Verre sur un sourire cynique.

Le Chuchoteur solitaire tourna la tête dans la direction d'où venaient les bruits de sabots et manqua avaler de travers sa salive. Par le masque du Félon ! Il ne manquait plus que cela : un rustre charmeur et une jolie écervelée ! Magnifique, ça faisait une inutile et un abruti qui se croyait malin comme concurrents en plus. Le Souverain des Sentinelles, lui, ça allait être une autre paire de manche. Il était rusé mais peut-être que son arrogance le perdrait. Selwyn ne répondit pas à la question outrée du nobliau et leva les yeux au ciel, exaspéré. La journée commençait mal, il aurait mieux fait de rester à sa bienheureuse Taverne.

° Ne pense pas n'importe quoi, mon gars ! Tu sais combien peut te rapporter ce fichu cheval diabolique ? °

Une idée commença de germer dans son esprit tortueux. Il pointa soudain son doigt vers l'est, indiquant une direction au hasard mais avec une telle expression qu'il était aisé de croire que quelque chose d'exceptionnel - comme un Sanghore albinos par exemple - se trouvait là-bas.

- Oh, regardez !

Et il tourna aussitôt la bride à son cheval, le lançant au galop dans la direction inverse tandis que les regards devaient se tourner naturellement vers le point désigné. Il riait presque de sa farce mais le plus dur restait à faire. Certains ne seraient pas dupes, c'eut été trop beau. Dans l'immédiat, il lui fallait un plan. Parce que galoper vers la plus proche colline n'était pas à proprement parlé un plan. C'était seulement pour s'éloigner des gêneurs et pouvoir agir à sa guise. Donnez-moi un plan !


[HRP : Vous pouvez inventer autant de PNJs que vous le souhaitez pour pimenter le jeu ^^ Nous ne sommes certainement pas les seuls intéressés par la récompense !]


" Que voyez-vous ?
Tout, absolument tout. C'est là mon fléau. "
Sherlock Holmes 2
Revenir en haut
Cassialys Trendor
Âmes Damnées

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2010
Messages: 144
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: Humain
Age: 24 ans
Rôle: Voleuse ambitieuse
Mental: Furtive
Vrai Nom: Ombreuse
MessagePosté le: Mer 7 Déc 2011 - 20:29    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Cassialys venait à peine de terminer une petite course qu'elle tomba sur une affiche qui traînait par terre, emportée par le vent sans doute. Poussée par une certaine curiosité, elle la prit et la parcourut... Tiens tiens, une chasse en l'honneur de l'anniversaire prochain de la Reine... Et ce n'était pas rien comme gibier à attraper... Un Sanghose albinos. Une bête rare. Déjà le Sanghore en lui même était une bonne bestiole, mais là. Dans cette robe là, le prix avait de quoi compenser la dangerosité de cette demande assez particulière. La jeune femme prenait le temps à la réflexion. Pister un animal était dans ses cordes... Le chasser aussi. Mais sans doute fallait-il le ramener vivant, cela ferait plus que sensation... Mais agir seule ? Non, elle ne pourrait pas. Elle devra jouer sur du renfort. Et pour marquer l'évènement ROYAL, du monde, il y allait en avoir... Pas trop elle espérait, elle ne voudrait pas se retrouver avec une part de récompense ridicule.

Elle n'avait pas perdu de temps pour se prépare. Prenant ses armes et ses affaires habituelles quand elle partait en expédition, elle termina ses préparatifs en sellant son cheval. Ce dernier l'avait regardé avec des oreilles intéressés, comme s'il savait ce qui se tramait. Elle en avait souri.

"Si tu savais réellement mon beau, je pense que tu demanderais à rester ici "

Brave bête. Elle l'enfourcha et partit donc en direction des Plaines, prenant le temps d'observer les environs et de voir les pistes éventuelles d'un troupeau de Sanghores... Et le troupeau qu'elle trouva fut plus celle d'une réunion de cavaliers... Par les enfers, que de monde déjà...Elle pensait pas en voir si tôt. Elle poussa dans un trot tranquille sa monture, entendant quelques échanges de paroles entre les cavaliers. Elle vint se mettre sur leur côté droit, sans vraiment les coller.

"Messires. Dames..... Je crois que nous sommes tous là pour la même raison je crois... La Chasse en l'honneur de la Reine... Je puis commencer par dire une chose. Si vous espérez déjà voir le Sanghore en restant groupés, vous aurez du mal à chasser... Et pusi vous êtes très bruyants. Je vous entendais déjà avant de discerner chacun de vos visages..."

Au moins, la journée allait bien débuter.

"Quelqu'un a déjà une petite idée de comment procéder ? "

Elle voulait déjà toiser ces gens présents... Pour voir leur niveau de chasse... Car là, pour elle, c'était mal parti.
Revenir en haut
Hawystl'Dneir
Invité

Hors ligne



MessagePosté le: Sam 10 Déc 2011 - 23:39    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Hawyst avait ricané quand le brun ténébreux avait usé de son stratagème et galopé à brides abattues vers le troupeau. Qu'il aille donc au front si le coeur lui en disait. Il pensait encercler la horde à lui seul et mieux encore, repérer l'albinos ? Surtout qu'en fonçant ainsi il ne manquerait pas de mettre les monstrueuses créatures en alerte et de provoquer au mieux une débandade, au pire de se faire encercler et mettre en pièces. Il n'avait eu aucune réponse à sa question et n'en poserait donc pas davantage. Que la gamine soit dévorée, il n'en aurait aucune culpabilité. Au moins avait-il cherché à la prévenir. Il ne s'étonna donc pas quand une autre pointa son nez et encore plus insolente. Est ce qu'elle allait lui apprendre à chasser ? Ahhh non, elle demandait des conseils, mais sur un ton plutôt moqueur. Eh bien elle allait être servie.

- Tu sais gamine, les sanghores c'est pas le genre de bestiole qui va s'enfuir en entendant discourir des poulettes. Au contraire, les gazelles comme toi, elles vont rappliquer pour les bouffer toutes crues, comme ta copine aux oreilles pointues, là! Elles vont vous dévorer avant que vous ayez le temps de pleurer, pendant que nous, les hommes on cherchera la blanche .


Il sortit sa gourdasse de rhum et en but une goulée puis, se gargarisant, il recracha le surplus à quelques pieds. Il se rit bien des yeux exorbités que lui faisaient les deux donzelles. C'était à dessein qu'il se montrait si rustre. Si ses mauvaises manières pouvaient lui éviter d'être collé par les deux beautés et gêné dans ses mouvements durant la traque, il n'avait cure de les écoeurer. Il aurait bien le temps d'en séduire d'autres à un moment plus propice et laissait volontiers au petit bellâtre tout fier le soin de parader en coq entre les tourterelles. Il avisa une bande de paysans venus avec fourches et bâtons mais aussi des filets ce qui était loin d'être idiot. Bien sûr, ils n'attraperaient pas une sanghore avec un filet de pêche à l'étang mais il se souvenait de ces nombreux combats de taverne sur les rivages de Moire. Une fois , il avait dû la vie à un filet.
Il trotta doucement vers les gueux qui n'étaient que ses frères de peine à l'origine.

- Bonjour coeurs vaillants! vous êtes comme moi, venus chercher l'aventure pour améliorer le quotidien qui laisse un peu à désirer mais vous ne savez par quel bout prendre ce bestiau! Laissez-moi vous dire que si vous cherchez un homme pour vous guider vers la proie et partager la prime, je suis cet homme, Hawystl'Dneir, pour vous servir! Je vous propose d'encercler doucement le troupiau ... Suivez-moi, on va les observer de plus près. Et toi ma mignonne dit-il à la nouvelle arrivante, tu peux en prendre de la graine mais ne nous gêne pas à la manoeuvre.

[hrp] Je ne sais absolument pas si c'était à mon tour de poster mais voilà qui est fait, si je dois modifier une réplique n'hésitez pas à me le dire. J'ai utilisé des pnjs paysans parce que je préfère que de mettre en scène des personnages de classe sociale déjà représentées par des pjs. Les gueux existent et eux aussi peuvent avoir envie de tenter leur chance. Je pars du principe que Hawyst n'a pas encore rencontré Selijar ni Cassie, donc pas de bug temporel, en revanche dans les mains baladeuses, il va vous reconnaitre au prochain post, faut être cohérent un peu ...^^

Edit : ok, on se reconnaîtra ici alors, désolé de mon erreur.


Dernière édition par Hawystl'Dneir le Ven 25 Mai 2012 - 16:38; édité 3 fois
Revenir en haut
Septima de Voenon
Divin Sang Bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 59
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: mi-Vale mi-Sorine
Age: 20 ans
Rôle: Musicienne folle
Mental: Lunatique
Maison: Lyedesse
MessagePosté le: Dim 11 Déc 2011 - 11:26    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

° Est-ce que je suis en train de faire un cauchemar ? Oui, cela doit être ça... °

Septima était mal à l'aise. Le grand homme aux cheveux noirs et à l'air farouche avait fuis dans la direction inverse qu'il venait d'indiquer. Cela ressemblait beaucoup à un piège. Devait-elle le suivre, ou partir dans la direction opposée ? Que faire ?

L'autre femme semblait bien plus à son aise dans ce climat aventureux qu'elle. Ses yeux verts étaient magnifiques et elle ne put s'empêcher d'apprécier leur couleur. Pourtant, l'heure n'était pas aux débats artistiques. Sa pointe d'admiration à son égard chuta lorsqu'elle se fit rabrouer méchamment par le nobliau plutôt joli garçon. Celui-là, elle s'en méfiait. Tout comme de l'autre... L'Héritière eut un hoquet de stupeur mal réprimé. Après sa première balade dans les rues de la capitale, elle avait demandé des précisions sur l'homme qui lui avait tenu compagnie ce jour là et Dame Viely lui avait certifié qu'il s'agissait bien du Souverain des Sentinelles. Et il était encore là ! Septima se maudit pour sa malchance.

La jeune femme suivit sans vraiment réfléchir le Lémundr qui aborda alors des paysans. Elle retint son nom : Hawystl'Dneir. Difficile à prononcer mais joli à entendre. Elle tâcha de se reconnecter à la réalité et de comprendre ce qu'il se passait. Elle avança légèrement son cheval pour être à la hauteur d'Hawystl.

- Excusez-moi... Mais ne serait-il pas plus judicieux d'utiliser un appât ? Certes pas moi mais quelqu'un d'autre.

L'idée semblait bonne à ses yeux. Pourquoi pas un de ces gueux ? Eux aussi n'étaient que musique : respiration, paroles, gestes et leur dernier souffle devait être une mélodie inédite et si belle à entendre. Pourquoi pas ce cavalier solitaire, qui était parti à contre-sens ? Dans sa pensée, elle n'aurait jamais proposé l'autre femme de leur petit groupe, car elle avait de trop beaux yeux pour être bêtement perdus. Hawystl faisait office de chef de groupe, on ne tue pas le chef, c'est insensé. Quant à elle, elle tenait trop à la vie et il fallait bien quelqu'un pour retranscrire leur périple en musique. Elle s'y emploierait.

- Pourquoi pas un de ceux-là ? fit-elle en dardant ses yeux incarnats sur les paysans armés de filets qui lui retournèrent un regard rond d'étonnement.

Septima n'avait aucune connaissance du bien et du mal. Elle ne se souciait que du beau et du laid.


[HRP : Ce RP se passe après celui des "mains baladeuses", cf la chrono globale. Après, vous pouvez toujours vous reconnaître plus tard, de toute façon là n'est pas le sujet, c'est l'albinos qui doit occuper vos pensées x) On saute le tour de Selijar pour cette semaine, à moins qu'elle ne parvienne à poster ce week end, mais elle nous rattrapera la semaine prochaine ^^]


" Oh ! How will you find your way ? "
Alice in Wonderland
Revenir en haut
Selijar Sil'Raya
Souverain des Sentinelles

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2009
Messages: 53
Sexe: Masculin
RP(s): 1
Race: mi-Oryak mi-Sorin
Age: 23 ans
Rôle: Souverain justicier
Mental: Hypocrite
Dragon: Jerka
MessagePosté le: Ven 20 Jan 2012 - 23:05    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Selijar haussa un sourcil à la réponse du dénommé Œil-de-Verre. Non pas qu’il trouva insupportable que tout être vivant du royaume ne lui obéisse pas - après tout, il n’était qu’un modeste souverain - mais plutôt que celui-ci refusa son honnête et fort gracieuse proposition avec tant d’arrogance, puis qu’il s’essaya à le tromper si grossièrement. Il n’aimait pas ça. En fait, cette chasse avait déjà si mal commencée que cette situation l’agaçait. Eu-t-il seulement prit quelques Sentinelles pour l’escorter que cette bête albinos serait déjà en sa possession. Il se modéra toutefois en pensant que s’était justement un de ses buts en partant en solitaire : s’extraire de la position de facilité de donner des ordres. Il préférait faire les choses de lui-même. C’était plus excitant.

Il saisit l’arc dont il avait pris soin de se prémunir, attaché à sa selle. Il l’avait pris pour abattre d’éventuels Sanghores qui ne manqueraient pas de répliquer si l’on s’en prenait à leur groupe, à défaut de pouvoir s’en servir contre le précieux albinos. Il semblait toutefois que son arc allait devoir servir plus tôt que prévu. Ce tavernier avait hâte de courir aux Sanghores ? Mais qu’il fasse. Sa présence ne le desservirait pas tant que cela finalement, consentant ou pas.
Il posa sa flèche et visa soigneusement l’étourdit qui galopait sans couvrir ses arrières. Après un souffle, il tira. Sans avoir de goût particulier pour le tire à l’arc, il en appréciait les avantages. Lorsque sa cible vacilla un instant, il se permit un sourire sans joie.

Ceci fait, l’autre homme au langage charretier qui les avait rejoints s’en était allé vers les braves paysans attirés par l’appât du gain. Il était resté de marbre en sa présence, brûlant entre la colère de le revoir et une envie d’en apprendre plus sur ce rustre. Cet homme se révélait plein de surprise, à défaut d’être beau.
Il adressa un regard interrogateur à la jeune femme qui s’était rapprochée en dernier. Reconnaissant en elle l’habile voleuse de Telrör, il lui renvoya un regard dur. Elle pourrait servir, mais il faudrait la surveiller étroitement, sans quoi cela risquerait de se retourner contre eux.

Soudain avare en parole, il se rapprocha du dit Hawystl’Dneir. D’apparence rustre, celui-ci savait néanmoins arranger les foules, pourvu qu’il y ait promesse d’argent. Quoiqu’ils ne fussent pas dans les plaines pour la morale. Aussi il ne fit que peut de cas de sa précédente attitude, tout comme il n’avait fait nul cas de la jeune Héritière écervelée qui s’était joint à eux. Il l’avait ignoré, il n’avait pas envie de s’occuper d’un poids mort. Même si ledit poids mort lui rappelait vaguement quelque chose… et avait des propos intéressants, enfin, entre deux. Si c’était possible.

- Voyons, Mademoiselle, ce sont des choses qui ne se font pas, dit-il d’un ton qu’il voulait léger, mais qui puait l’ironie.

Attirant l’attention d’Hawystl’Dneir, il pointa un doigt vers l’infortuné cavalier, qui s’était précédemment éloigné vers les Sanghores.

- Le groupe de Sanghores est imposant, même vu d’aussi loin. Il y a des chances que l’Albinos soit protégé, au cœur du troupeau. Nous allons suivre votre tactique, les encercler. Ce sera d’autant plus facile que je nous ai préparé le travail.

L’esprit captivé par la prochaine capture, il accrocha de nouveau son arc, afin de pouvoir galoper sans être gêné. Il poursuivit, plus fort, pour bien être entendu des paysans.

- Les Sanghores vont être attirés par l’odeur du sang. Ils seront distraits. Leur estomac domine tout instinct chez eux, il nous sera donc facile de les encercler et de séparer la bête qui nous intéresse du troupeau, car ils seront occupés à se battre pour la viande.

Il vit d’un œil satisfait que le groupe de gueux paraissait prêt à les suivre, et à prendre les bêtes d’assaut. Il distingua même une tâche blanche prometteuse, dégagée par les mouvements désordonnés que les Sanghores avaient désormais. Selijar remercia tout de même intérieurement l'appât. Pour s'être déjà approché à de nombreuses reprises de ces magnifiques bêtes, il savait à quel point elles pouvaient être attirées par l'odeur du sang, même d'une blessure infime. Et il ne pensait pas avoir loupé Œil-de-verre.

[HRP : Vraiment désolé pour le retard, ça n'arrivera plus. Les partiels sont finit, Youpi !]



"Une véritable Sentinelle ne connaît pas les personnes,
elle ne connaît que les principes."
Revenir en haut
Œil-de-Verre
Professionnel du Mensonge

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2011
Messages: 81
Sexe: Masculin
RP(s): 1
Race: Néréien
Age: 32 ans
Rôle: Patron de la Taverne de Bacchus et Cassandre
Mental: Opportuniste
Vrai Nom: Selwyn Sandor
MessagePosté le: Sam 21 Jan 2012 - 16:50    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Son cheval avait sa robe dégoulinante de sueur et son museau tâché d’écume. Il le poussait jusqu’à ses extrêmes limites. Avait-il seulement le choix ? L’avait-il jamais eu ?

Selwyn Sandor, dit Œil-de-Verre, chevauchait à l’aveuglette vers la colline toute proche et juste en face de lui. Sans aucun plan dans la tête. Sauf celui de fuir ces énergumènes qui se croyaient tout-puissants parce qu’ils se trouvaient ensemble, en grappe et donc une proie facile pour les Sanghores. Qu’ils le prennent pour un idiot et ils ne le suivraient pas. Tant mieux ! C’était ce que voulait Selwyn. Etre seul. Peut-être n’aurait-il même pas à se salir les mains et que les autres feraient le sale boulot pour lui. Il ne fallait pas trop y compter mais on a le droit de rêver, non ? Il vérifia rapidement s’il avait bien toutes ses armes : dague dans la botte gauche, pistolet chargé à la ceinture, flasque métallique de l’autre côté de sa ceinture et seconde dague dans une poche arrière. La grosse clef de sa bien-aimée Taverne de Bacchus et Cassandre dansait autour de son cou. Il tâchait de se remémorer les leçons de son père, de son Maître et de son oncle. Toujours surveiller ses arrières.

L’air siffla. Selwyn continua à galoper sur quelques mètres quand il se rendit compte que son bras gauche bougeait avec difficulté. S’il avait eu la moindre sensibilité physique, il aurait su que quelque chose clochait. Il regarda sa manche poisseuse de sang et avisa la flèche qui s’était fichée derrière son coude. Il jeta un regard par-dessus son épaule et vit les autres cavaliers s’éloigner. L’un d’eux devait avoir un arc. On lui avait tiré dessus. Un élan de rage lui fit serrer les dents et assombrit son regard. Il fit ralentir sa monture, tira d’un coup sec sur la flèche pour l’arracher sans la casser. Son visage demeura inexpressif. Il n’était pas croyant, pas vraiment mais il lui arrivait de remercier Kilian de lui avoir offert l’insensibilité, que beaucoup ne savaient pas apprécier à sa juste valeur et voyaient comme une maladie. Il jeta le trait et appuya aussitôt sa main gantée sur son bras pour endiguer le flot de sang. S’il ne ressentait rien, il savait – pour avoir déjà tué plusieurs fois – qu’il perdait beaucoup de sang. Il allait s’affaiblir, ce qui était dangereux dans la mesure où il se trouvait sans escorte dans les Vertes Plaines d’Ystrath, territoire des chevaux carnivores les plus démoniaques que cette terre ait jamais portée.

Il atteignit la petite colline et y arrêta sa monture. L’étalon écumait, les flancs palpitants. Selwyn repoussa les pans de son grand manteau noir, laissant un instant le froid s’y engouffrer, déchira le bas de sa chemise et s’en fit un bandage serré autour de la blessure. Ca tiendrait jusqu’à son retour en ville. Il examina d’un regard circulaire les alentours. Les hennissements de tout à l’heure se rapprochaient. Les points noirs au loin lui paraissaient également plus proches. Une tâche blanche fit son apparition au milieu d’eux, comme un flocon de neige dans un champ de ronces. Bien sûr ! Ils étaient attirés par l’odeur du sang ! S’il retrouvait le fils de chacal qui lui avait tiré dessus...

Sans crier gare, deux Sanghores se dressèrent sur leurs pattes arrières, comme pour se battre mais s’élancèrent dans sa direction. Leurs cris infernaux résonnaient dans l’air glacé. Le malheureux cheval du Chuchoteur piaffa de peur. Selwyn songea brièvement à fuir mais son cheval prit la décision pour lui. Il se cabra violemment, le jetant à terre et entreprit de courir dans la direction opposée. Œil-de-Verre chercha frénétiquement sa flasque. Le galop des deux Sanghores gagnait en intensité. Il savait déjà que son cheval était perdu. Il trouva enfin sa gourde, la déboucha an toute hâte et avala une goutte de liquide argenté. Lorsque celui-ci coula de sa langue dans sa gorge, une sensation de fourmillement familière s’empara de son corps. Il chercha en lui le passage, battant des paupières, tâchant de vider son esprit. Les sons s’amplifiaient, c’était comme si tout le troupeau fonçait sur lui. C’était sa seule chance. Au bout de trois jurons, il ferma les yeux.

Lorsqu’il les rouvrit, le monde était devenu grisaille, chaque chose était entourée d’un halo de lumière, les mouvements avaient ralentis et il était invisible pour tous, même pour ces bêtes qui couraient vers lui en hurlant à la mort. Le Plan des Ombres s’était refermé sur lui.


[HRP : On reprend la boucle ! Hawyst, Cassie (et Septima), à vous o/]


" Que voyez-vous ?
Tout, absolument tout. C'est là mon fléau. "
Sherlock Holmes 2
Revenir en haut
Cassialys Trendor
Âmes Damnées

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2010
Messages: 144
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: Humain
Age: 24 ans
Rôle: Voleuse ambitieuse
Mental: Furtive
Vrai Nom: Ombreuse
MessagePosté le: Jeu 26 Jan 2012 - 21:34    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Elle se contenta de garder le silence face aux petites remontrances d’Hawyst. Quel rustre… Décidément, il n’était qu’un imbécile. Se fier sur les apparences… Elle avait beau être une femme, elle possédait bien assez de connaissances pour réussir à tenir seule quelques jours en forêt. Bon pas contre une meute de loups… Même un guerrier en armes y succomberait. Mais elle n’était pas que voleuse. Elle se contenta donc de le toiser, et elle grinça des dents quand il partit au petit trop en direction des paysans venus pour la chasse. Elle s’adressa à peine à sa  consœur, qui elle devait bien l’avouer, paraissait pas vraiment habituée à chasser. Mais il fallait bien débuter un jour.
 
’’Non mais quel détestable personnage. C’est bien un mâle en manque de compensation physique on dirait. ‘’
 
Elle se permit un petit gloussement. Ah les hommes ! Par contre, elle ne loupa pas les dires de cet abruti. Quoi en prendre de la graine ? Mais pour qui il se prenait… encercler le troupeau était une bonne chose, mais avait-il oublié que le sens du mouvement de l’air aurait son importance ? Et en plus, les Sanghores n’étaient pas des animaux stupides….  
 
’’J’attendrai de voir l’échec plutôt qu’une réussite…. ‘’
 
La jeune elfe partit le rejoindre, pour montrer qu’elle pouvait prendre des initiatives… celle de l’appât aurait pu être excellente… Si elle n’avait pas opté pour un paysan directement. Elle ravala un commentaire déplacé… Prendre des hommes comme des proies… Il y avait des limites à la bêtise… Les paysans allaient sans doute refuser une telle suggestion.
 
Elle sentit un regard se poser sur elle. Elle croisa le regard de Selijar. Elle le lui rendit sereinement. Décidément… La chasse allait être emplie de surprise. Oui car il se montra plus convaincant quand à la tactique à employer… Le tir de sa flèche n’avait pas été un tir de détente. C’est là qu’elle se rendit (enfin) compte que c’était un de sa confrérie qui allait servir de cible… Elle déglutit à cette constatation… Tellement absorbée par la chasse et cet albinos, ou encore ces zouaves… Qu’elle avait oublié que le cavalier parti était un membre de sa communauté… Elle serra les dents… Elle eut soudain l’envie de lancer sa monture à la poursuite de Selwyn, plus encore quand elle aperçut que sa monture s’était défaite de lui…. Selijar… Elle pesta intérieurement. Les Sanghores venaient de sentir sa présence… de sang sans nul doute…
 
Ne doutant pas des capacités de Selwyn pour résister un peu, cela ne l’empêcha pas prendre la parole. Fallait qu’on se bouge !
 
’’Mais vous attendez quoi ! Le troupeau s’est déjà mis en marche pour la ripaille ! ‘’
 
Elle se dressa sur ses étriers, le cœur battant. Un point blanc était visible déjà… Mais d’autres, noirs eux, l’entouraient… Et dire qu’ils n’avaient pas encore encerclé le troupeau… Déjà elle était dans l’idée de prendre sa dague, pour s’entailler au moins la paume.
 
*Doucement ma fille, ce n’est pas une bonne idée de le faire de suite. Garde cela au cas où*
 
La colline allait être un point vital pour l’encerclement. Quand tout le troupeau y sera.
 
’’Qu’une partie passe sur le flanc opposé de la colline, celui  où les Sanghores ne vous verront pas.’’
Revenir en haut
Septima de Voenon
Divin Sang Bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 59
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: mi-Vale mi-Sorine
Age: 20 ans
Rôle: Musicienne folle
Mental: Lunatique
Maison: Lyedesse
MessagePosté le: Sam 28 Jan 2012 - 13:23    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Tout allait de travers. Septima, avec sa naïveté provinciale, crut que son idée serait immédiatement approuvée puisqu’elle était dans la lignée de celle d’Hawyst. A priori, non. Hawyst l’avait déjà rabrouée, il pouvait recommencer. Elle n’eut pas le temps d’être dépitée que le Souverain des Sentinelles revint avec son arc découvert. Elle devina qu’il avait dû tirer sur quelque chose, comme dans une vraie chasse. En tournant son regard vers la colline, elle aperçut plutôt le « quelqu’un » qui avait été visé. Un cheval s’enfuyait au triple galop et l’homme tout en noir rampait sur le sol. Il tira quelque chose de son manteau et l’instant d’après, il n’était plus là. Elle cligna plusieurs fois des yeux en espérant s’être trompée. Non, non, elle avait bien vu l’homme disparaître ! Ce devait être un membre d’un Ordre, lui aussi.

- L’appât a disparu...

Remarque idiote qui lui échappa avant qu’elle ne la ravale par fierté. La jeune Héritière se mordit la lèvre inférieure, dubitative. L’expression presque choquée de la femme aux yeux verts la fit sursauter. Peut-être connaissait-elle l’homme en noir ? Septima réprima une brusque envie de rire. La situation devenait absurde.

- Qu’une partie passe sur le flanc opposé de la colline, celui où les Sanghores ne vous verront pas.

Hein ? Par où devait-elle aller ? D’instinct, son cheval prit la direction la plus sûre, c’est-à-dire le flanc opposé de la colline. Le galop furieux des Sanghores emplissait l’air et accaparaient toute l’attention de ses oreilles effilées, ne prenant pas même soin de les dissimuler comme à son habitude. La sang-mêlée ne s'en rendait pas compte. Cela n'avait nulle importance. Elle jeta un regard derrière elle, pour savoir qui la suivait et ce qu'il fallait faire.

- Je n'ai jamais chassé, je suis plutôt curieuse... Avec quoi va-t-on attraper la bête ? Le filet de ses paysans ?


[HRP : Cassie, je ne suis pas une elfe même si j’ai des oreilles pointues XD Désolée pour la médiocrité du poste, Septima fait un peu potiche pour l’heure ^^’]


" Oh ! How will you find your way ? "
Alice in Wonderland
Revenir en haut
Hawystl'Dneir
Invité

Hors ligne



MessagePosté le: Sam 18 Fév 2012 - 17:24    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Hawyst se crispa un peu lorsque la jolie tête de linotte proposa de donner les paysans en pâture aux Sanghores. Comme il était facile de sacrifier les moins bien nés et le petit peuple pour des nobliaux. Il ne les méprisait que davantage encore en faisant une fois de plus ce constat. Il prit son air le plus sombre et rabattit sa monture vers l'écervelée en grognant entre ses dents.

- Si cela ne tenait qu'à moi, c'est ta chaire délicate qu'on leur donnerait pour se repaître ma mignonne !

Il se détourna de la jeune femme pour regarder l'autre cavalier qui lui donnait une impression de malaise avec ses discours moralisateurs et sa science apparente de la stratégie. Un beau parleur encore mais de ceux qui se croient absolument supérieurs. Hawyst s'efforça de chasser cette impression négative qu'il ne s'expliquait pas mais il le vit ajuster sa flèche et bander son arc avec une brillante célérité. Il était fou ce type! S'attaquer aux chevaux carnivores avec un arc. Il était déjà trop tard lorsqu'il saisit l'intention du archer. Le cavalier s'était effondré à quelques lieues du troupeau qui se mettait déjà en branle, alléché sans doute par l'odeur du sang, dans la direction du malheureux renversé par sa monture. Le lemundr se tourna avec mépris vers le tireur et dût écouter le beau parleur à la langue bien pendue et au menton arrogant dont la silhouette se découpait depuis son apparition en contre jour sur la plaine. Cette voix ... ne lui était pas inconnue ... Selijar ! C'était bel et bien lui. Malgré la gueule de bois qui avait suivi leur première rencontre dans les rues de Telror, il ne pouvait en douter. C'était à croire qu'il lui collait comme une mouche à un coche depuis qu'ils s'étaient affrontés à cause de la cassette. Mais bien sûr ! Et il remettait aussi la gueuse qui leur avait escamoté la petite malle sous les yeux. Les deux étaient peut-être bien de mèche d'ailleurs. Le voleur ne pouvait s'empêcher de trouver étrange de les revoir ensemble sur sa route. Ahh il était beau le chef des Sentinelles ! Certainement corrompu jusqu'à la moelle et se mettant dans la poches les saisies faites aux dépens des gratte rapine tels que lui. La fille était une sorte de rabatteuse qui faisait le signalement des voleurs à plumer sous couvert de la loi. Ce n'était pas nouveau. Les plus corrompus s'étaient toujours abrités à l'ombre de la Loi. Le cavalier cracha dans la poussière en faisant volter son cheval.

- Borde... ! Nous voilà bien avec une étourdie malsaine, un représentant de la loi véreux, sadique et sa chienne de garde! Espèce d'enfoiré ! Aucun homme ne mérite d'être bouffé par ces monstres sans avoir pu se battre contre eux. Tu l'as frappé dans le dos ! J'espère que tu finiras dans les pattes de ces horreurs toi aussi !

Il aurait pu le tuer sur le champ pour sa lâcheté car c'était bien l'un des rares vices qu'Hawyst exécrait et qui ne trouvait pas grâce à ses yeux mais cela aurait pu les affaiblir pour la suite de la chasse. Plus nombreux ils étaient plus l'un d'entre eux avait une chance de capturer l'albinos à la fin. Après, en d'autres lieux, ce serait autre chose. D'autant qu'ils avaient déjà un autre contentieux. Il cracha aux pieds du cheval du demi sang avec dégoût.

- Ca ne t'emmerde pas plus que ça que la viande soit un pauvre gars, espèce d'ordure de mes deux ! Et tu crois qu'ils vont s'écarter et se trier tout seuls, les Sanghores ? Et qu'on a la moindre chance à nous quatre et avec une poignée de gueux ?

Il mit sa main en visière pour mieux distinguer ce qui se jouait du drame au loin. Le troupeau était lancé à un train d'enfer. Le martèlement des sabots faisait trembler la terre en un grondement terrifiant. Plus la moindre trace du cavalier désarçonné.

- Bon sang, mon salaud ! Ils l'ont déjà bouffé ! Je sais pas s'il avait une famille mais si elle cherche un mercenaire pour te faire la peau, ils l'ont! Ajouta le voleur en effleurant son cou de son pouce d'un air entendu.

Voilà que la voleuse au joli popotin se remettait à jacasser. Ahh les femmes ! Parfois il valait mieux qu'elles aient la bouche occupée pour les plaisirs. Cela évitait d'entendre énoncer des évidences ou des inepties. Celle-ci avait d'ailleurs le profil pour donner du plaisir aux hommes. Quel gâchis de vocation pouvait provoquer une mauvaise orientation après les études !

- Les encercler, c'était une bonne idée avant que l'autre les excite trop tôt avec un appât. Tu vas encercler un troupeau en furie lancé à pleine vitesse et de surcroît en te planquant derrière la colline ?

Il fallait penser vite et agir vite. Hawyst jeta un coup d'oeil aux filets, aux manants, aux trois autres cavaliers. Le lâche brûlait déjà d'impatience de se précipiter vers la proie, tout persuadé qu'elle lui tomberait dans les bras. La petite garce qu'il avait rencontré le même jour que lui, n'était pas loin de suivre derrière, leur gueulant au visage de se remuer. Il se tourna vers les paysans et leur dit.

- Vous voyez cette colline ? Faut que ceux qui ont des chevaux aillent se poster à son sommet au plus vite. Le troupeau est trop dense. Nous devons le diviser. Vous avez chacun un filet ? Ce doit bien faire une dizaine. Faut en sacrifier la moitié.

Il tira de sa besace sa gourde d'eau de vie et un morceau de saindoux qu'il avait acheté pour appâter les bêtes.

- Enduisez moi quatre filets avec ça, et vite !Puis dardant son regard d'azur sur la moitié d'Oriak, Toi qui est si bon au tir à l'arc, tu penses que tu pourrais atteindre quatre sanghores assez rapidement et à des points très espacés les uns des autres si tu te postes sur la colline ? Est ce que ta flèche sera assez porteuse pour tracer avec un filet enflammé ? Le but c'est de diviser le troupeau en quatre. Ces bestioles ont beau être des putains de créatures de l'enfer, elles sont comme les autres. Elles ont peur du feu. Les quatre bêtes qui vont traîner ça vont affoler les autres et si ça marche comme je pense, ça va disperser la foule. Si on se perche sur la colline avant qu'ils ne l'atteignent, on sera moins exposé et on dominera la situation, prêts à se ruer sur l'albinos.

Tandis que les laboureurs s'exécutaient, le Lémundr regarda à nouveau en direction du troupeau .

- Par les gueuses de Gomorrhe! Ils avancent trop vite ! On y sera jamais avant eux. La carcasse de notre ami a pas du les contenter longtemps. Ils coursent son cheval !

Il se tourna vers le archer qui déjà faisait mine de partir vers le troupeau, le héla, et, avec un mouvement du menton, lui jeta un briquet à amadou.

- A toi de jouer ! Abats-nous ce cheval et rate pas ton coup ! On y va, il faut profiter de la diversion pour atteindre la colline avant eux. Une fois le troupeau divisé en quatre, chacun pour soi et Kilian pour tous, hein. Au meilleur de localiser et de capturer la bête. Et vous les gars, vous êtes à pied donc restez là à couvert pour le moment. On vous appellera quand on aura isolé l'albinos. Y aura une part pour vous. Si c'est moi qui touche la prime en tout cas!

Le chef des Sentinelles n'allait sans doute pas apprécier de se faire donner des ordres ainsi mais c'était un marmot doublé d'un lâche et Hawyst un homme mûr et un traqueur avisé. Du moins se voyait-il ainsi. Le archer allait-il accepter les filets que les gueux lui tendaient après les avoir enduis et les nouer à ses flèches ? Allait-il accepter de travailler pour tous afin de se donner une chance à lui-même d'emporter le trophée ? S'il était malin, oui car ce plan donnait la même chance à tous les cavaliers mais tous les hommes n'aimaient pas agir en équipe. Certains préféraient faire cavalier seul, même au risque d'échouer. D'ailleurs Hawyst s'étonnait lui-même, solitaire qu'il était d'habitude, de vouloir collaborer avec d'autres comparses. Mais la cible était par trop dangereuse ce coup-ci. Il fallait être timbré pour ne pas s'en rendre compte et le Lemundr avait besoin des pièces sonnantes et trébuchantes de la prime. Il aurait même collaboré avec un diable lépreux sur l'affaire.

Avisant la gamine aux oreilles pointues qui semblait un peu perdue, il prit la bride de son cheval et l'entraîna à sa suite vers la colline en maugréant.

- Pas possible! Je me fais l'effet d'une gouvernante flanquée d'une marmaille de décérébrés consanguins. Ahh les mariages arrangés dans la Noblesse !

Encore pas sûr qu'elle daigne le suivre. Il s'attendait à sentir le cheval freiner derrière le sien. Les gosses étaient si capricieux de nos jours !


[HRP] Il est pas mignon, mon petit Hawyst ? N'hésitez pas à l'envoyer ch ... euh paître avec les Sanghores. Il le mérite ...
Revenir en haut
Selijar Sil'Raya
Souverain des Sentinelles

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2009
Messages: 53
Sexe: Masculin
RP(s): 1
Race: mi-Oryak mi-Sorin
Age: 23 ans
Rôle: Souverain justicier
Mental: Hypocrite
Dragon: Jerka
MessagePosté le: Ven 27 Avr 2012 - 12:38    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

L’excitation de la chasse fut balayée par le souffle puant de celui qu'il considérait comme l'ivrogne. Ce langage charretier lui rappelait bien quelque chose, de même que cette attitude horripilante... mais bon nombre de paysans mal dégrossie pouvaient s'exprimer ainsi. Quoique l'homme ne manquait pas d'une certaine fougue sympathique. Il ne pouvait toutefois se laissait insulter, même s'il comprenait ce que l'autre devait ressentir. Lui-même éprouvait une pointe de tristesse à avoir envoyé l’assassin à la mort.

- Ta vie contre la loi, murmura-t-il sans y penser.

La confrérie des ombres était la deuxième pire engeance Telmàriën, après les Héritiers. Oeil-de-Verre n’échapperait pas longtemps à son destin. Le demi-Oryak avait seulement précipité un peu les choses. Rien de grave, seulement la Règle qui s'applique.

- Retiens tes paroles maraud ! Ou informe toi avant de parler. Un assassin n'est qu'une plaie pour le Royaume. Je ne fais que mon devoir.

Il venait en effet de constater évaporation d'Oeil-de-verre. Et c'était lui qu'on traitait de lâche ? Alors que l'ordre des ombres pouvait poignarder ses victimes en surgissant par magie dans leur dos ? Et qui plus est bien trop souvent envoyé par des Hérités ? Lie infâme que renfermait le Royaume de Telmàriën.

- Triple Crasseux, tu n'as pas changé depuis la dernière fois. Tu aurais du rester au creux d'une basse fosse, ton juste logis ! Cet homme est coupable : voit donc comme il s'est évaporé ! Cet homme est coupable de crime, et s'il n'en a pas encore commis, nul doute que cela ne saurait tarder ! Et je doute qu'il soit innocent.

Mais il n'était pas là pour parler justice, non que l'idée lui déplaise. La voleuse de cassette, puise-t-il mettre un jour un nom sur ce visage, était dans le bon esprit : la chasse !

- Et l'idée de cette dame, ne m'en déplaise, suit une logique certaine. Que tu n'aura jamais ! Lui répondit-il avec une fureur froide contenue dans la voix.

Sur ces mots, il ne put s'empêcher de jeter un coup d'oeil à cette dernière. Elle avait un remarquable sens pratique, et un esprit de rébellion qui lui plaisait bien. Il reporta ensuite un regard dur sur l'autre. Ce geux osait l'insulter encore, et cracher aux pieds de son cheval. Mais si c'était la ces seules armes, il était bien plus pauvre que d'allure.
D'un œil goguenard, il prit le temps d'écouter le soit-disant plan, juste pour pouvoir juger de ces compétences. Il eut du mal à garder la tête froide, et à ne pas répondre aux provocations qui parsemaient le discours. Il attrapa enfin le briquet à amadou et répondit avec froideur.

- J'aurais au moins l’obligeance d'éclairer ta lanterne, au moins une fois dans ta misérable vie. Un être doté de réflexion l'aurait sut, mais il faut croire que ce n'est pas ton cas. Le Sanghore est albinos. Rare certes, mais pour une race animale, c'est une faiblesse ! Il ne doit pas posséder une bonne vision, plus sensible au soleil, et il doit être moins puissant que les autres mâles. C'est déjà surprenant qu'il ait réussit à se trouver une horde ! Mais celle-ci ne le laissera pas se repaître le premier, il sera relégué au dernier rang. C'est-à-dire exposé !

Il ricana et ajouta

- D'où l'importance de l’appât. A moins que tu ne veuille occuper toi même ces créatures sanguinaires. Il ne sert à rien de sacrifier la moitié de ces braves gens, car c'est cela que tu propose ! Et c'est moi que tu condamne pour bassesse  ?
Je vais en effet me servir de mon arc mais une fois que nous aurons contourné le troupeau. Là, je tirerai des flèches enflammées sur quelques Sanghores pour finir de séparer notre cible du troupeau. Ceux munie de filet pourrons alors capturer le Sanghore albinos.


Il harangua la foule pour finir de les convaincre :

- Bonnes gens, si vous continuer d'avoir foi en l’avis des Sentinelles, suivez moi ! Quant au prix escompté, je le partagerai également .

Sur ces mots, il sortit de nouveau son arc et prit le temps de choisir sa cible. Le cheval abandonné du cavalier allait attirer les Sanghores bien trop près d'eux. Il avait bien pensé tuer le cheval, mais cette bête ne faisait que suivre son instinct, et il se rendrait vraiment coupable s'il l’abattait. Dans un souffle, il tira donc sur un Sanghore. Le plus éloigné de l'albinos afin de ne laisser aucune chance à celui-ci de l'atteindre. Les Sanghores étaient de magnifiques créatures, mais gouvernées par la faim avant tout. Elles n'hésitèrent pas à se jeter sur leur congénère abattu. Seules quelques unes continuèrent à poursuivre le cheval. Il se tourna vers les paysans.

- Cela nous donnera le temps de les contourner, ils ne sont plus très loin. Allons capturer l'albinos !

Il fit avancer son cheval dans la bonne direction et vit que la plupart des paysans s'étaient décidé à le suivre. A la bonne heure ! Ceux-ci avaient plus de jugeote que le meneur raté, le pitoyable voleur de Telrör. Si ce dernier croisait encore une fois sa route, il s'occuperait sérieusement de son cas.
Il ne jeta pas un regard vers Hawystl'Dneir. Avec un peu de chance, il se ferait manger pas les Sanghores aussi. Il se demanda brièvement comment les deux femmes allaient réagir, puis il se concentra sur la bonne marche de son plan.



"Une véritable Sentinelle ne connaît pas les personnes,
elle ne connaît que les principes."
Revenir en haut
Œil-de-Verre
Professionnel du Mensonge

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2011
Messages: 81
Sexe: Masculin
RP(s): 1
Race: Néréien
Age: 32 ans
Rôle: Patron de la Taverne de Bacchus et Cassandre
Mental: Opportuniste
Vrai Nom: Selwyn Sandor
MessagePosté le: Mar 1 Mai 2012 - 10:23    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Adossé contre le tronc d’un arbre abattu, Selwyn Sandor reprenait son souffle, tout en observant attentivement les événements qui se déroulaient sous ses yeux dans la plaine. Le groupe d’aventuriers paraissait avoir du mal à se décider à agir et surtout comment agir. C’en était risible. Pourquoi lui avoir tiré dessus, alors ? L’appât venait certes de déjouer leur tentative mais ils devaient bien avoir un plan B ? Visiblement, non. Le Néréien soupira et se passa une grande main pâle sur le visage.

L’air siffla de nouveau et Selwyn dressa l’oreille. La flèche n’allait pas vers lui, il était invisible dans le second plan. Elle fila vers l’avant-garde des Sanghores déchaînés, en blessant un sur le coup. Il détourna les yeux du carnage, non par horreur mais parce qu’il lui fallait voir le tireur. Au ralenti, l’arc fut baissé et il reconnut à sa tenue le Souverain des Sentinelles. Stupide bon soldat. L’idée n’était peut-être pas si mauvaise si ce n’était pas lui la cible. L’albinos, tâche claire au milieu de cette vague noire, se retrouvait à l’écart, relégué au second plan par ses congénères car sans doute inférieur à eux. Maintenant, il lui fallait un plan. Le Chuchoteur regarda de nouveau vers le groupe qui s’avançait. Un roturier à la langue bien pendue, un Souverain en mal d’autorité, une comparse de son Ordre, une jolie écervelée et des paysans. Joli tableau.

Selwyn se releva, inspecta d’un œil critique son bandage improvisé et courut vers eux. L’un des paysans portait une longue corde tressée, qui semblait assez solide. Voilà ce qu’il lui fallait. Evitant les sabots de la monture de Selijar Sil’Raya, il se faufila jusqu’à l’homme. Sans un regard pour celui-ci, il s’empara du cordage qui disparut dans le Plan des Ombres avec lui lorsque ses mains le touchèrent. L’homme stoppa sa course deux secondes après le vol, contemplant ses mains vides comme un abruti. Il lui fallait maintenant quitter la sécurité du plan second. Alors, se portant à la hauteur du cheval de la jeune femme aux yeux verts, l’Ombreuse, il lui cria :

- Prend ça et fais le tour de la bête avec !

Et il lui lança le lourd cordage en espérant qu’elle ne soit pas assez idiote pour suivre les ordres sans discuter. Une seconde goutte de liquide argenté glissa sur la langue de Selwyn et le voilà qui repartait parmi les ombres.


" Que voyez-vous ?
Tout, absolument tout. C'est là mon fléau. "
Sherlock Holmes 2
Revenir en haut
Cassialys Trendor
Âmes Damnées

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2010
Messages: 144
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: Humain
Age: 24 ans
Rôle: Voleuse ambitieuse
Mental: Furtive
Vrai Nom: Ombreuse
MessagePosté le: Mar 15 Mai 2012 - 19:53    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

[HRP : vieux réflexe pour le coup de l’Elfe ^^’’]
 
S’il n’y avait pas eu les Sanghores, notre jeune rôdeuse aurait sans doute rattrapé Spetima pour prendre une des rênes de sa monture et la mener autre part qu’à cette partie de chasse. Avoir une novice de son genre risquait plus de mettre l’équipée en danger qu’autre chose. Elle n’avait chassé, mais elle dévoilait un manque de jugeote évident ! Bien entendu que le filet allait servir à prendre l’albinos. On le voulait vivant. Décidément. Sur l’instant, elle n’était là que pour le spectacle, rien d’autres, songea alors Cassialys… Mais tant qu’elle ne se trouvait pas dans ses pattes…
 
Hawyst, après avoir sermonné Selijar, décida de passer sa mauvaise sur notre jeune aventurière, qui avait tenté de faire boucher les choses ; ce qui ne dut pas trop plaire à notre homme… Mais au moins percuta-t-il pour énoncer avec efficacité la suite de l’opération. Comme quoi en entrant dans ce genre de jeu, on réveillait l’égo masculin. Oui car la chasse, comme certains domaines particuliers étaient la panache des hommes. Une femme osait n’y mettre qu’un seul petit doigt et hop… C’était la catastrophe… Par contre Selijar ne tenait pas vraiment à se laisser faire… Sentinelle qu’il était… Cela avait été une mauvaise idée que de vouloir faire justice maintenant… Il était donc direct d’action… Un point à retenir. Par contre quand il eut finir son discours vindicatif envers le trouble-fête, Selijar posa son regard sur notre voleuse un court instant. Elle retint un frisson.
 
Puis Seiljar entra lui aussi dans les opérations après une brève explication, pour faire les dernières mises au point ; à sa façon. Ces deux là, quand il s’agira d’avoir la prime, seraient bien capables de s’entretuer… Puis la chasse débuta !
 
Un des Sanghores fut donc abattu à la place du pauvre cheval affolé. Allait-il avoir la vie sauve grâce à ce choix, s’il arrivait à distancer les quelques autres prédateurs qui ne s’étaient pas arrêtés. Puis d’une voix déterminée, le Sentinelle appela les paysans à le suivre…
 
Cassialys n’avait guère cette force de persuasion. Les sourcils froncés, elle poussa sa monture à suivre le petit groupe de paysans. La moindre occasion sera à saisir si cela lui permettait de capturer l’albinos… Avec ses propres affaires ? Vite réfléchis… Elle posa son regard sur Septima.
 
’’Un conseil pour vous, gente damoiselle. Si un sanghore pose le regard sur vous, vous ne posez pas de questions. Fuyez dans l’autre direction. Je ne sais quel est votre niveau de monte, mais rester sur le dos d’un cheval affolé n’est pas très… confortable. ‘’
 
Un bref sourire naquit à la fin de sa phrase. Se moquait-elle donc d’elle ? Non elle se voulait un peu compatissante… Qu’elle ne servait pas à grand-chose. Puis Cassialys talonna sa monture pour rattraper la courte distance qui s’allongeait entre elle et les paysans. Ce fut alors à ce moment là que Selwyn fit une brève apparition… Une lourde corde tomba sur le devant de la selle qu’il eut déjà disparu. La monture de Cassialys piaffait de cette étrangeté. Faire le tour de… Quoi toute seule ? La flèche de Selijar avait un poison euphorisant sur la pointe pour qu’il eut cette idée soudaine ?
 
Une idée pas aussi stupide en fait, quand elle remarqua l’isolement de l’albinos alors que ses congénères ripaillaient… Elle sourit. Elle se retint de lancer son cheval en avant… C’était encore trop tôt. Il fallait attendre le bon moment. Et ce bon moment serait quand les flèches enflammées allaient servir à écarter les animaux gênants à l’opération de la sentinelle…Mais lui et ses hommes allaient se retrouver assez proche pour tenter d’avoir le Sanghores Blanc….
 
*Je suis vraiment cinglée…*
 
Tant pis, elle n’attendrait pas que les premières flèches soient tirées. Quand ils comprendront sa manipulation, voulant eux aussi l’animal blanc en vie, ils veilleront à repousser les monstres. D’un coup de talon, elle lança son cheval au galop, à bride abattu. Elle l’obliqua de façon à ne pas se retrouver dans le champ des Sanghores qui se régalaient du corps d’un des siens… Elle pria le ciel qu’un autre n’était pas à la traîne…
 
Son cheval montra des signes de réticence quand elle se rapprocha après vers le Blanc ; ce dernier pointa déjà son regard rouge vers elle. La corde dans les mains, après fait un nœud coulant au nœud douteux, elle se tenait prête à faire ce qu’il fallait : tourner autour de la bête….Et si elle ratait ? D’une main serrant les rênes de sa monture qui s’affolait malgré son galop et de l’autre, tenant la corde, elle serra les jambes contre les flancs de sa monture… Le Sanghore Blanc… Il était si beau dans cette couleur pure… Ce serait presque un sacrilège de le capturer.
 
Elle resta concentrée. D’un geste, elle lança la corde, pour tenter de la coincer sur une des crêtes osseuses du Sanghore, qui rugissait déjà contre elle et manqua de se redresser sur ses postérieurs… D’un coup de rêne, Cassialys obliqua son cheval sur le côté pour contourner le Blanc… Il fallait que le plan marche ! Même si elle le savait complètement suicidaire.
 
[HRP : si c’est un peu trop osé, me faire signe. Bien entendu, le Sanghore n’est pas joué que par moi Okay. On sait jamais pour la suite ce qui peut se tramer … Liesse ]
Revenir en haut
Septima de Voenon
Divin Sang Bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 59
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: mi-Vale mi-Sorine
Age: 20 ans
Rôle: Musicienne folle
Mental: Lunatique
Maison: Lyedesse
MessagePosté le: Ven 18 Mai 2012 - 14:19    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant



Le cerveau de Septima de Voenon devait avoir quelques problèmes de connexion puisque tout se déroulait autour d’elle trop vite et d’une manière si inattendue que les cordes distendues d’un violon pourraient produire un son presque normal à côté de cette pagaille. Ayant lancé son cheval à la suite des autres, elle ne savait plus qui elle suivait réellement : le roturier aux beaux yeux bleus ou l’extraordinaire Souverain des Sentinelles ? Il semblait que malgré la bonne fortune qui les avait réunis et l’apparence de solidarité, le groupe se délite lentement mais sûrement, chacun n’en faisant qu’à sa tête. Septima regrettait amèrement son escapade.

La jeune femme aux yeux verts se porta à sa hauteur, lui promettant mille souffrances si elle devenait la cible d’une de ces bêtes de Damamos, dans une voix enrobée de miel et de compassion. Fausse compassion, à n’en pas douter. Les oreilles de musicienne de l’adolescente étaient exercées à reconnaître les voix et les tonalités. Cela ne la rassurait nullement. Elle ouvrait la bouche pour lui répondre une banalité de convenance comme on le lui avait si bien appris à son arrivée à la capitale mais l’Humaine la laissa seule avec ses pensées en la distançant.

Et soudain, tout s’accéléra. Comme si c’était encore possible ! Un peu à la traîne, elle vit devant sa monture se matérialiser le fameux appât disparu, l’homme tout en noir à la mine agressive, qui jeta à sa comparse une longue corde. Ensuite, le précédent appât s’évapora sous ses yeux éberlués et la femme aux yeux verts, maintenant munie d’une corde, prit plus encore de la distance en lançant son cheval au galop. Qu’espérait-elle faire ? Le tour de la bête ? C’était si stupide...

A travers la cohue et l’odeur du sang, derrière les dos noirs comme la nuit perça l’éclat de la neige, tâchée sang frais par deux yeux en amandes. L’albinos. Septima le trouva magnifique et il lui vint une lente mélodie en tête, quelques notes éparses et dissonantes, de quoi rendre toute la perfection de la créature. Qui poussa un hurlement à glacer les sangs. Eloignée du carnage par ses congénères, elle levait la tête en reniflant l’air, avide de sang et fixait de ses yeux rouges la petite troupe bruyante qui approchait. Le Sanghore perçut quelque chose, semble-t-il car il hennit à nouveau, de son cri rauque et chargea comme un forcené, effectuant au dernier moment un saut de côté, comme cherchant à atteindre quelque chose d’invisible...

La jeune Héritière plissa les yeux, fit ralentir son cheval apeuré. Là, une tâche sombre sur l’herbe moussue. Du sang. Quelque chose ou quelqu’un perdait du sang. Plus loin, le Sanghore infortuné se faisait dévorer. Le cheval affolé de l’homme en noir avait fuis. Et l’homme en noir, qui pouvait disparaître à volonté ?... Il avait été blessé, touché par une flèche de la Sentinelle. Etait-ce son sang ? Les yeux de la sang-mêlée s’agrandirent, suivant la ronde furieuse de la bête, celle plus prudente de la femme à la corde et le déploiement hasardeux des autres, paysans compris.

Sa monture fit alors un écart et la voilà qui s’écroulait à terre dans un cri plaintif. Le Sanghore blanc se détourna une seconde de sa danse infernale et dressa les oreilles. Septima serra les dents en se relevant sur les coudes, les fesses douloureuses. Elle croisa le regard écarlate et cessa de respirer. Oh non...


" Oh ! How will you find your way ? "
Alice in Wonderland
Revenir en haut
Hawystl'Dneir
Invité

Hors ligne



MessagePosté le: Ven 25 Mai 2012 - 18:46    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Les propos de Selijar le cinglèrent aussi sûrement que le fouet de son père jadis. Pourtant il n'avait pas abdiqué dans sa course vers les Sanghores. Il lâcha juste, dans sa colère, les rênes du cheval de la jolie écervelée, lequel poursuivit sa course effrénée au hasard. Il se retourna en direction du Souverain des Sentinelles. Tout gueux qu'il était, il ne serait pas dit qu'il se laisserait insulter sans réagir.

- Un assassin, dis-tu ? Te voilà bien prompt à juger du statut d'un homme sans preuve. Qui te dit qu'il est coupable ? As-tu choisi ta condition ? Où es-tu né de père Sentinelle ou aisé ? Il est facile de se dresser en défenseur de la justice quand on est du bon côté du mur. Pour moi la justice est celle qui apporte des preuves lors d'un procès équitable. Ta justice n'est qu'une parodie.


Hawyst mit sa monture au pas et revint à la rencontre de Selijar. L'allure mesurée du cavalier et de son cheval contrastaient étonnamment avec la frénésie ambiante. Il releva le menton lorsqu'il fut porté à la hauteur de son détracteur.

- Ne proposais-tu pas un marché de dupe à ce malheureux alors que je vous rejoignais avant que la chasse ne commence ? Assez bien pour être ton associé quand il s'agit d'amasser de l'écu mais trop coupable pour rester en vie quand il s'agit de trouver un appât pour faire ta fortune. Les gens de ton espèce ne sont mues que par l'ivresse de la fortune.

Il fit volter son cheval pour chevaucher au côté de Sélijar tandis que celui-ci haranguait les paysans et le reste de la troupe à le suivre.

- A moins que ce ne soit la gloire illusoire de capturer une créature rare aux dépens de ceux dont tu vas user. Ne leur fais pas insulte en pensant qu'ils vont te faire confiance après t'avoir vu tirer dans le dos de celui à qui tu proposais de faire équipe. Avoue que tu leur réserves le même sort une fois que ton but sera atteint.

Le voleur partit d'un grand éclat de rire.

- Tu doutes qu'il soit innocent ? Mais c'est à nous de douter que tu le sois. Tu peux bien porter les oripeaux de la justice du Royaume, ton âme est plus corrompue que la mienne car ... tu n'as jamais vécu que pour ta petite personne... Tu es un homme seul Sélijar! Et ni ton statut, ni ta fortune ne te rallieront jamais les gens par conviction mais toujours par nécessité, par peur. Et tu prétends m'apprendre ce qu'est la justice, toi qui traque les faibles hors la loi et épargne les plus grands magouilleurs du Royaume. Ceux que tu voudrais me voir servir ? Tu peux rêver. Je les servirais mieux en les égorgeant qu'en devenant une réplique de toi, un de leurs sbires. Et ne me dis pas comment je dois me soucier des miens. Ces gueux sont de ma condition et j'ai plus souci de leur sort que tu ne l'auras jamais.

Hawyst regarda en direction de l'endroit où le malheureux appât avait disparu et poursuivit:

- Cet homme est peut-être un lâche qui a usé de diablerie pour échapper à l'agonie que tu lui réservais mais à mes yeux il est simplement un pauvre bougre qui a usé des moyens en son pouvoir. Ce que tu fais également sans vergogne, ce que nous faisons tous. Moi y compris. Si je deviens l'un des tiens, tu sauras ce que j'ai été jadis, ce qu'est un véritable assassin et tu n'auras plus une nuit, plus un jour de repos. Est-ce cela que tu veux en essayant de me remettre dans le droit chemin que tu estimes être le tien ? Est ce vraiment ce que tu souhaites depuis ce fameux jour où tu m'as délesté du fruit de mon courage ?

Il jeta un regard glacial vers la voleuse dont la complicité avec Sélijar était trop criante à présent. Il n'était qu'à voir comme le veule trouvait géniales toutes ses idées biscornues.

- Quant à toi, catin, tu déshonores le code des voleurs en te faisant complice des sénéchaux. Je me fais fort de parfaire ta réputation, que Moire ne me reconnaisse plus comme le plus grand des voleurs du royaume si je mens.

Il doubla la jolie voleuse sur son cheval en lui faisant le signe de déshonneur des voleurs de Moire, insigne marque d'opprobre.

- Si tu étais aussi malin que tu le dis, tu te serais demandé pourquoi les Sanghores protègent l'albinos dans ce cas. Lança-t-il au maître des Sentinelles avant de repartir au grand galop.

Il lui importait peu désormais de ramener le cheval blanc que ce fût mort ou vif. Il avait assez côtoyé les chevaux dans sa terre natale pour espérer que ceux-ci, tous carnivores qu'ils étaient, se comporteraient tels des équidés. Certes un fauve supprimait le plus faible de ses congénères en le privant de nourriture, certes un cheval de moindre constitution serait écarté de la reproduction par se pairs pour ne pas transmettre ses gênes défaillants mais les juments protégeaient toujours un poulain abandonné ou différent du reste de la horde et des prédateurs sauf s'il était faible. Un albinos aurait été rejeté dès sa naissance et serait rapidement mort sans secours d'un éleveur. Ce blanc avait atteint une taille si respectable pour un poulain qu'il devait être en fin de sa première année de vie. Loin d'être un signe de faiblesse, sa robe immaculée devait plutôt être un signe d'adaptation à l'hiver de la plaine. Il était surprotégé parce que premier d'une lignée en mutation qui assurerait la pérennité à sa race. Hawyst se doutait de ce que pouvaient donner des dizaines de juments carnivores protégeant leur poulain favori. L'"albinos" devait être encore jeune, oui. Un foal très probablement puisque son existence n'avait été signalée que récemment. Des juments en pleine lactation et bourrées d'instinct maternel. Le voleur l'avait compris dès l'instant où il avait perçu la tâche claire encerclée pat la masse mouvante et sombre de ses frères. Il s'agissait d'un poulain de l'année particulièrement vigoureux. Pas d'un adulte isolé qui suivait la horde pour bénéficier de sa protection, sans quoi il ne se fut tenu au centre de celle-ci mais en marge, grappillant les restes et non protégé par un mur de défense Le voleur rit sous cape en songeant que certains chevaux naissaient noirauds comme le charbon pour ne virer au blanc que dans les mois suivants. Tous les Sanghores qui galopaient dans la plaine semblaient arborer des yeux rouges. Il était donc facile de voir dans un blanc issu d'une mutation tout à fait naturelle un albinos.

Les pauvres aventuriers en seraient quittes pour une belle déconvenue lorsque les juments de la horde se rueraient sur eux pour défendre leur protégé. Si quelques uns d'entre eux y survivaient, ils pourraient toujours berner la Reine en lui proposant un faux albinos comme trophée. Aucun des chasseurs même s'ils le savaient, pas même Hawyst n'irait clamer que cet albinos avait du poil noir sur les parties génitales, marque d'un faux blanc né noir. Cependant, le voleur se dit qu'il devait bien être le seul avec les paysans et leur filets, à savoir qu'un poulain aux couilles noires était un faux blanc. Il fallait avoir fait naître pas mal de petits pour le savoir. Après, il était toujours possible que le voleur se planta dans les grandes largeurs et que les Sanghores diffèrent d'un point de vue génétique des chevaux normaux mais il en doutait . Un cheval restait un cheval, qu'il soit poney ou Sanghore.

- T'as raison sur un point mon gars! Ajouta-t-il à l'intention de Sélijar. Il ne sert à rien de sacrifier la moitié de ces braves gens...Vous n'aurez jamais ce rejeton vivant à moins de flinguer toutes les femelles de la horde. Poursuivit-il entre ses dents.

- Quant à toi, la voleuse, il ne tient qu'à toi de venir vérifier si je suis un vrai ou un faux blond, dans une auberge de ton choix. Cria-t-il en riant effrontément. A moins que tu préfères les couilles noiraudes de celui-ci. Ajouta-t-il en désignant Sélijar d'un coup de menton.

Suite à cet éclat il éperonna vigoureusement sa monture car la jeune écervelée sans coeur venait de chuter de son cheval à quelques foulées des Sanghores en furie. Face au déferlement, il ne trouva rien de mieux que de jeter le reste de sa viande séchée et d'attraper au vol la damoiselle épouvantée. Fort à propos, le hennissement du petit blanc qui venait d'être capturé au lasso par la jeune voleuse vint faire diversion, orientant le troupeau vers les cris de détresse. Sans quoi le voleur et l'écervelée seraient morts dévorés, viande séchée ou pas. La malheureuse qu'il avait jetée en croupe sur son cheval s'agrippait au cou d'Hawyst, l'étranglant à moitié et l'aveuglant presque totalement avec sa chevelure défaite.

- Arrggghhll! Par la taille ! Prenez-moi par la taille sinon nous allons nous viander. Mon cheval est affolé. Je dois pouvoir le diriger. Aaaarrghghh...

Mourir étranglé par une femme... Belle mais sans jugeote ... Nombre de relations et amis d'Hawyst lui avaient prédis cette fin funeste. C'était de loin la chose la plus cohérente avec son passé qui lui arrivait depuis le début de cette chasse.
Revenir en haut
Selijar Sil'Raya
Souverain des Sentinelles

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2009
Messages: 53
Sexe: Masculin
RP(s): 1
Race: mi-Oryak mi-Sorin
Age: 23 ans
Rôle: Souverain justicier
Mental: Hypocrite
Dragon: Jerka
MessagePosté le: Jeu 20 Sep 2012 - 15:33    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Le souverain des Sentinelles s'imposa le silence durant la tirade de l'homme qui s'entêtait à chercher querelle depuis le début de cette chasse. L'action à venir – enfin ! Faisait courir l'adrénaline dans ses veines, lui disait de reléguer aux oubliettes le gueux pour le moment, mais sa fierté n'aimait pas qu'on lui colle des étiquettes contraires à sa morale. Il n'avait pas atteint ce poste dans l'Ordre pour être remis en question par le premier venu, bien qu'il sache pertinemment qu'on ne pouvait plaire à tout le monde. Il ne le savait que trop. La justice n'était jamais vraiment équitable, quelque fut ses efforts pour équilibrer les force en ce Royaume maudit. Il contint sa fierté malmené et répondit d'un ton où il espérait transmettre un peu de la lumière d'une justice dure à appliquer.

- Il y a des signes qui ne trompent pas, peu importe de quel côté nous soyons né. Si tu as développé ta langue, tes yeux manquent encore de discernement. Et apprend bien que je ne fais pas cette chasse pour l'or, contrairement à certain, lui répondit-il en lui jetant un regard éloquent.

S'il y avait bien une chose qu'il ne supportait pas, c'était que les Sentinelles soient injustement accusée de félonie. On entrait dans cet Ordre par vocation non par un quelconque appât du gain comme pour les Chuchoteurs. Et l'on entrait pas par le sang, lignée empoisonnée des Héritiers.
Avant qu'il ne se tourne vers l'autre chuchoteuse, il finit.

- Ce sanghore, me plait, je ne le nie ; mais je ne le préférerai jamais à ceux qui m'accompagnent, et les gens savent, contrairement à toi, qu'on peut faire confiance à une Sentinelle.

*Alors que les gardes des villes et du Prévots... *
Pensa-t-il brièvement, avant de chasser cette pensée qui risquait de le distraire. *Oh si je le recroise, je lui apprendrais le chaos en l'absence de Sentinelle*

Il rendit avec ferveur le regard glacial à l'homme sans foi, comme si par un regard, il pouvait lui transmettre tout ce en quoi il croyait.

- Protège les moins chanceux des impies qui sèment le chaos et ne se soucis guère des méfaits qu'ils engendrent, du moment qu'ils aient de l'argent pour en jouir la nuit. Et le fruit de ton courage ? Ton vol ? Cela ne donne que matière aux emplumés de se plaindre. Préfère à cela la liberté d'agir au nom de la justice. A moins que tu ne sois fier du fruit putride de tes rapines ? La prochaine fois que nous nous verrons, raconte-moi donc en quoi tu as aidé un plus démunie que toi, et combien de malheurs tu as semé sans vergogne. Nous en reparlerons alors !

Il fut amusé lorsque ledit Hawystl cru qu'il y avait une quelconque affaire entre lui et la voleuse aux yeux vert et ses lèvres s'étirèrent en un fin sourire, clin d'oeil à la voleuse. Si cet homme était irrécupérable, il pouvait bien penser ce qu'il voulait, cela lui importait peu. Son assertion quand aux Sanghores l'inquiéta davantage et il observa avec une attention renouvelée la horde vers laquelle ils se dirigeaient. Qui était maintenant tout près.
La dernière insulte d'Hawystl le fit particulièrement grincer des dents et il saisit son arc d'un geste vif. Dans le même mouvement, il se rendit compte de ce qu'il était en train de faire et pointa ledit arc en direction des Sanghores.

* Tuer ce scélérat ne serait d'aucune utilité maintenant. Pas devant les autres. Et s'il dit vrai, nous aurons besoin de tous les hommes valides pour faire face à la horde. *


Il compta rapidement les Sangores et en dénombra huit, plus l'albinos. Non, le Sanghore blanc se corrigea-t-il en voyant la réaction des femelles de la hordes lorsque la voleuse tenta d'emprisonner le blanc à l'aide d'un filet.

* De... quoi ?! *

Il ne maudit silencieusement. Trop concentré sur les Sanghore, il se rendit compte qu'il n'avait pas entendu la réponse de la voleuse à Hawystl, et le moment où elle partait en trombe pour ses aventures solitaires... qui risquaient de s'achever bien plus vite que prévu pour elle. En effet lorsque le Sanghore blanc commença à se sentir entravé, il rua de toute la force de ses jeunes muscles de prédateur, et Selijar douta que le filet résiste longtemps. Puis il émit un son sauvage, à la limite de la discordance. Une sorte de cris dérivé de leur cri habituel de ralliement. Le demi-Oryak vit alors les sanghores converger vers leur pair prisonnier.

- On change de plan ! Ordonna-t-il soudain. Ils attaquent, c'est eux ou nous !

Convaincre en quelques mots, dont des paysans, il espérait qu'ils allaient tous réagir rapidement.

- Nous sommes largement assez nombreux pour nous en sortir. Que ceux avec les filets se regroupent, vous vous chargerez du Sanghore blanc. Les autres, protéger les ! Si le Blanc menace votre vie, préférez la et éliminez-le !

S'ils n'agissaient pas maintenant, s'en était fini d'eux. Il fallait croire que le gueux – c'était difficile à reconnaitre – avait eu raison sur au moins un point. Et une fois que les Sanghores se sentaient menacés, il ne fallait pas escompter s'en sortir seul. Ensemble, ils avaient une chance, sinon ce serait un massacre. Selijar encocha une flèche et commença à tirer le plus vite possible sur les bêtes. Il ne pouvait malheureusement que les blesser, et non les tuer à l'aide seule des flèches. Mais cela devait au moins donner plus de chance aux paysans n'ayant pas l'habitude de se battre.



"Une véritable Sentinelle ne connaît pas les personnes,
elle ne connaît que les principes."
Revenir en haut
Septima de Voenon
Divin Sang Bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 59
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: mi-Vale mi-Sorine
Age: 20 ans
Rôle: Musicienne folle
Mental: Lunatique
Maison: Lyedesse
MessagePosté le: Sam 29 Sep 2012 - 11:04    Sujet du message: Chasse des Temps Froids Répondre en citant

Septima fut emportée dans les bras du bel homme à la langue trop bien pendue. Elle ne résista pas, sentant confusément que c’était là une question de vie ou de mort. Du moins pour elle. Elle aurait aimé maudire Dame Viely de l’avoir embarquée dans cette histoire mais ne trouvait aucun prétexte valable sur le moment. La peur poignardait son esprit de part en part. Et en même temps, lui donnait des ailes. Affolée et grisée par la course du cheval, son opulente chevelure brun-rouge volant au vent, elle se rendit compte avec quelques secondes de retard qu’elle serrait trop fort le cou de son sauveur. Elle desserra sa prise avec une flopée d’excuses inintelligibles puis reporta son attention sur la chasse...

... Qui tournait au désastre. Le troupeau de Sanghores flairait l’odeur du sang. L’archer aux vêtements de bonnes factures pour être important prenait la direction du groupe. Ses paroles eurent un effet dévastateur dans les pensées instables de la jeune Héritière : sauver sa vie contre celle de l’Albinos. Le Prix. N’était-ce pas lui l’enjeu ultime ? Les monstrueux chevaux de nuit hennissaient furieusement, se regroupaient pour galoper vers les chasseurs improvisés. C’était la défaite assurée. Septima avait beau ne rien connaître en stratégie, la partie semblait mal en point. Un écart de la monture, un cri et Septima fut à nouveau à terre, roulant dans l’herbe et la terre, vulnérable. Elle vit au loin, comme au ralentis, alors que sons et couleurs s‘assourdissaient autour d’elle, le Sanghore blanc se débattre dans un piège de corde tendu par la voleuse aux yeux de chats. Armés de leurs piques et de leurs filets, les paysans suivaient le sillage des deux hommes importants qui en avaient pris la tête. Restée seule en arrière, la sang-mêlée crut sa dernière heure arriver.

- Ne crie pas et suis-moi.

Cette voix grave surgie de nulle part la fit sursauter avec une telle violence que ses dents claquèrent. Elle se retourna sur son séant pour dévisager l’homme en noir qui aurait dû servir d’appât. Des cheveux aile de corbeau, des yeux de loup, un visage aussi froid que la glaciale Mer Blanche et une voix d’acier. Un fragment de sa chemise déchirée entourait son coude blessé et suintant de sang. Comment avait-il fait pour disparaître et réapparaître ainsi ?

- Vous êtes... ?
- Suis-moi, j’ai dit. Et en silence.


Le Néréien lui prit la main et la tira à lui, l’emmenant de force. Il avait une force surprenante et une aura de calme sauvage émanait de lui. Il lui inspirait confiance tout comme il lui faisait peur. Il l’emmenait à l’écart, suivant une direction opposée à celle prise par les belligérants et les noires créatures. Septima eut voulu ralentir mais il ne lui était pas permis. Elle jeta néanmoins un regard en arrière, soucieuse de connaître la fin de l’histoire...


Selwyn sort de l'aventure (il reviendra en fonction des circonstances) et Septima est temporairement hors-jeu. Hawyst nous ayant quitté, la partie va se jouer serrée entre vous, Cassie et Selijar Okay



" Oh ! How will you find your way ? "
Alice in Wonderland
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:07    Sujet du message: Chasse des Temps Froids

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Telmàriën, le Royaume Maudit Index du Forum ->
.¤~° L'Auberge Vagabonde du Faiseur d'Etoiles :
-> Les Chroniques des Anges -> An de Grâce 1683
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com | Telmariën Template designed by Roshan del Aed'Rhys
Telmàriën, le Royaume Maudit Index du Forum FAQ Rechercher Profil S’enregistrer Groupes Membres Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion