Telmàriën, le Royaume Maudit Index du Forum
FAQ Rechercher Senregistrer Membres Groupes Connexion
Pauvres Âmes en Perdition

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Telmàriën, le Royaume Maudit Index du Forum ->
.¤~° L'Auberge Vagabonde du Faiseur d'Etoiles :
-> Les Chroniques des Anges -> An de Grâce 1683
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Septima de Voenon
Divin Sang Bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 59
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: mi-Vale mi-Sorine
Age: 20 ans
Rôle: Musicienne folle
Mental: Lunatique
Maison: Lyedesse
MessagePosté le: Mar 15 Mai 2012 - 17:32    Sujet du message: Pauvres Âmes en Perdition Répondre en citant

2 Ororan, Automne 1683

Lorsqu’elle posa le pied sur les pavés de l’avenue, un étourdissement gagna la Harpiste. Elle cligna des yeux comme un chat éblouis par le soleil. Sur ses talons, alors même qu’elle n’avait pas posé le second pied sur le sol vibrant de la capitale, Echec descendit de la diligence de ses pas feutrés de conspirateur et entreprit d’observer avec attention son nouvel environnement. Calquant son attitude sur celle plus décontractée et nonchalante du félin, Septima de Voenon chassa de sa tête le vrombissement émanant du sol, provoqué par chevaux, chaussures, roues et d’autres choses, qui lui emplissait le crâne d’un bourdonnement continu. Il lui fallut lutter ainsi quelques secondes avant de se rendre compte de la main de Dame Viely sur son épaule.

- Tout va bien, ma petite ?
- Oui
, déglutit Septima pour ne prononcer que ce mot d’une voix blanche.

La main se retira et le sourire bienveillant de la gouvernante aurait pu lui réchauffer le cœur si l’air froid et sec de l'automne ne l’avait pas assaillie. A Telrör, où chaque route est tissée de mensonges et d’apparences, il lui fallait cacher son sang, pour ne point être accusée de porter de la vermine en elle. A Merien, on s’en moquait bien et les railleries de sa famille étaient gentilles, devenaient plaisantes face aux crachats qu’elle pourrait recevoir ici. Elle n’était pas si dupe, elle savait, confusément, qu’elle était en danger ici, dans ce grand monde doré. Durant le premier trajet, depuis sa maison natale jusqu'à la capitale dont on vantait si fort la beauté et l'ordre, elle s’était demandé plus souvent qu’à l’accoutumé les raisons qui avaient poussé sa mère à prendre un amant. Son mari n’était-il pas riche, prospère, attentionné, avec une bonne situation et pouvant subvenir aux besoins de sa famille ? Et elle, que savait-elle de l’amour, pauvre petite chose encore innocente ?

Echec vint se frotter contre sa jambe et elle parut revenir à la vie. Elle empoigna son ombrelle jaune safran, resserra son manteau et se tourna vers Dame Viely :

- J’aimerais explorer cette avenue de boutiquiers.
- Faites, ma jeune dame. Je vais régler la note du cocher et des gardes. Rendez-vous ici dans une demi-heure.

Avec la chaperonne, Septima savait qu’elle devait être à l’heure. La ponctualité ne lui ayant jamais fait défaut, elle se méfiait toutefois de l’horloge interne de la vieille femme. Car il lui arrivait d’avancer de quelques minutes et de crier aussitôt au scandale. Le chat sur ses talons, la jeune femme prit la direction des boutiques offrant leurs vitrines lumineuses et hétéroclites à son regard. Mêmes réflexes après un mois passé ici.


" Oh ! How will you find your way ? "
Alice in Wonderland
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Mar 15 Mai 2012 - 17:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Selijar Sil'Raya
Souverain des Sentinelles

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2009
Messages: 53
Sexe: Masculin
RP(s): 1
Race: mi-Oryak mi-Sorin
Age: 23 ans
Rôle: Souverain justicier
Mental: Hypocrite
Dragon: Jerka
MessagePosté le: Mer 10 Oct 2012 - 14:03    Sujet du message: Pauvres Âmes en Perdition Répondre en citant

Le temps automnal de ce début d'Ororan semblait s'accorder parfaitement avec les envies du jeune demi-Oryak, le soleil dardant des rayons aussi chauds que la saison le lui permettait. Si on n'y pensait pas, on aurait presque pu se croire en une fraîche mâtiné d'été, l'air sec ne laissant nullement présager de l'humidité de l'hiver qui les guettait. En un mot, Selijar se sentait vivifié et ragaillardi, près à chasser du Sanghores sur toute la largeur des Vastes Plaines d'Ystrath ! Mais les obligations étant les obligations, il se retrouvait dans le vaste et dentelé Palais de Telrör, à courir les boutiques à la recherche d'un marchant peu scrupuleux qui lui devait des informations. Il sourit largement en y pensant, car le si beau complexe de rue marchande, couvert d'un vernis clinquant ne se distinguait que par la forme des bas-fonds de Telrör. Les seules différences notoires se traduisaient par l'esthétique et les bonnes manières. On impressionnait la clientèle... et on amassait du galion mais dans le fond, Telrör était pourrie jusqu'à la moelle.
Pour ne pas faire tâche, il s'était donc vêtu d'une veste finement taillée et pourvu des ornements à la mode, quoi que même avec sa chemise à cran dentelé, il restait sobre comparé à la fastueuse mode des Héritiers. Le poids rassurant de son arme, elle sans aucune parure, ne permettait pas d'équivoque.
Il sortait d'une énième bijouterie sans que la réponse du vendeur ne diffère : son homme avait tout simplement disparu de la circulation sans laisser d'adresse. Même celui qui s'occupait de sa boutique pendant son absence semblait incapable de le contacter. Mais il voulait des réponses, et il allait finir par ressortir les vieux dossiers pour avoir des informations. Et s'il n'obtenait pas satisfaction, le prévôt allait avoir droit à sa gracieuse visite, puisque c'était censé être sa ville !

En sortant de ce dernier commerce, Selijar se sentait légèrement irrité, et regrettait de ne pouvoir rentrer sur-le-champ à la Cité des Nuages pour profiter des derniers beaux jours. Ou il lui aurait fallu quelqu'un sur qui calmer ses nerfs malmenés par les sourires mielleux exécrés, il... Une jolie jeune demoiselle marchait d'un pas diaphane dans sa direction, un visage de poupée qui ne lui était pas si inconnu. Une personne sans ambition, ni protecteur avertie. Il fit quelques pas dans sa direction en l'observant, mais la jeune ingénue semblait s'occuper uniquement des vitrines, jetant parfois un coup d’œil aux alentours, mais sans jamais se fixer sur un quelconque chaperon. Il se composa un air avenant, comme le jeune homme plein de bonnes attentions qu'il était et s'approcha d'elle.

- Mademoiselle de Voenon ? L'interpella-t-il d'un air surpris.

Il se rapprocha davantage et vint se placer près d'elle. Il la détailla un instant, comme pour s'assurer qu'il ne se trompait pas, et repris d'un ton doux.

- Oui, je vous reconnais. Nous nous sommes croisés il y a peu de temps ! Même si je crains de ne pas m'être illustré à vos côté ce jour là... La fougue d'une chasse et d'une action où prime la rapidité d'exécution. Si vous vous souvenez de moi, j'espère que ce n'est pas d'une manière fâcheuse. Vous êtes-vous d'ailleurs bien remise de cet épisode mouvementé ? S'enquit-il, attentif.



"Une véritable Sentinelle ne connaît pas les personnes,
elle ne connaît que les principes."
Revenir en haut
Septima de Voenon
Divin Sang Bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 59
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: mi-Vale mi-Sorine
Age: 20 ans
Rôle: Musicienne folle
Mental: Lunatique
Maison: Lyedesse
MessagePosté le: Jeu 11 Oct 2012 - 08:00    Sujet du message: Pauvres Âmes en Perdition Répondre en citant

Alors que son regard de sombre velours écarlate s’attardait sur un collier inestimable – dont le prix aurait fait tourner la tête de la Reine elle-même !, elle fit un bond de côté en entendant une voix grave l’interpeller. La voix connaissait son nom. Elle serra à s’en faire mal aux doigts le manche de son ombrelle et fit volte-face. A cet instant, Septima de Voenon ressemblait trait pour trait à une biche effarouchée prise dans les feux d’un carrosse. L’homme qui lui faisait face la dévisageait avec familiarité. Cela ne lui plut guère et grâce à cette humeur irritée, elle retrouva un semblant de maintien nécessaire à une jeune dame. La peur qui sourdait dans ses tempes s’atténua. Comment aurait-elle pu oublier cette fameuse journée, la chasse au Sanghore blanc, l’homme en noir invisible qui l’avait sauvée, la demoiselle aux yeux de chats galopant avec une corde, le roturier si joli garçon au parler de rustre, le jeune seigneur qui savait si bien se servir d’un arc… Selijar Sil’Raya, Souverain des Sentinelles.

- Seigneur Sil’Raya, répliqua-t-elle comme une jeune femme bien élevée en lui faisant une petite révérence, votre sollicitude me touche. Cette chasse fut en effet mémorable à bien des égards.

Sans qu’elle en sache immédiatement la cause, un élan d’agacement la secoua. Elle se détestait à cet instant de manier autant d’hypocrisie quand d’ordinaire cela ne l’ennuyait nullement. Quelque chose s’était passé lors de cette traque au monstre, une illusion brisée. Mentir était un jeu dans lequel elle excellait. Elle regretta de n’être point déguisée pour se fondre dans la foule et pouvoir prétendre devant ce seigneur de la justice être quelqu’un d’autre. Ils n’appartenaient pas au même monde.

- Un Souverain ne devrait-il pas se trouver parmi les siens, à conseiller et ordonner à son Ordre ?

Voulait-elle se débarrasser de lui ? D’après ses souvenirs, il avait pris la tête des chasseurs et des paysans en quête de la récompense. Et il avait délibérément blessé son sauveur. Certes, c’était là la loi de la guerre, il leur avait fallu un appât suffisant pour attirer les Sanghores. Mais l’homme en noir, avec ses dons étranges, l’avait sauvée. Pourquoi se sentait-elle une dette envers lui, au point de se montrer désagréable devant un Souverain ? Un Souverain, sainte Kilian !

- Cherchez-vous une pièce d’orfèvrerie à offrir à votre bien-aimée ? demanda-t-elle en avisant d’où il émergeait.

Il y avait quelque chose dans ces yeux rouges pâles… Qui lui rappelaient sa famille.


" Oh ! How will you find your way ? "
Alice in Wonderland
Revenir en haut
Selijar Sil'Raya
Souverain des Sentinelles

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2009
Messages: 53
Sexe: Masculin
RP(s): 1
Race: mi-Oryak mi-Sorin
Age: 23 ans
Rôle: Souverain justicier
Mental: Hypocrite
Dragon: Jerka
MessagePosté le: Jeu 6 Déc 2012 - 12:12    Sujet du message: Pauvres Âmes en Perdition Répondre en citant

La jeune femme se tourna vers lui d'un air apeuré qui soulagea autant son amour-propre meurtrie qu'il ne l'agaça. Il n'avait fait que lui adresser la parole, elle n'était pas sensée réagir comme ça, un peu de tenu au nom de Lamia ! Mais il maintint résolument un air attentif sur son visage et observa la jeune femme se reprendre fort rapidement, quoiqu'en manquant un peu de souplesse peut-être ? Enfin, il n'était plus à ça près aujourd'hui. Un masque prit forme sur les ravissants traits de l'Héritière et son air devint plus froid, plus... conforme pourrait-on dire. De même que les paroles qu'elle lui adressait.
Bon sang, ces héritiers ne pourraient pas être un peu vrai dans leur paroles de temps à autre ? Je doute qu'elle ai aimé la chasse des Vertes Plaine, sauf si elle est masochiste. Elle était loin d'y être à sa place, même si elle formait un magnifique duo avec l'autre rustre. Mémorable... reste donc à savoir ce qu'elle met derrière ce mot, se fit-il la réflexion pensivement, et hocha la tête en souriant aux propos de la jeune femme. Il la laissa finir de parler avant de prendre la parole à son tour, son sourire s'agrandissant simplement à sa première question.

- Oui une chasse des plus intéressante et assez mouvementée. C'est toujours ça quand on s'y prend avec n'importe qui, répondit-il poliment, lui laissant le choix d’interpréter ses paroles comme elle le souhaitait.

Sa première question était un peu étrangement tournée mais il lui répondit tout aussi poliment, le coin de ses lèvres résolument tournés vers le haut.

- Et ma dame, continua-t-il donc, partout où je vais je suis parmi les miens. Le Royaume de Telmàriën est ma maison tout entière et ses habitants, ceux que mon coeur souffre de ne pouvoir protéger plus efficacement. C'est pourquoi je me trouve aujourd'hui à Telrör, bien que j'apprécierais effectivement de me trouver dans nos montagnes. Elles sont magnifiques par ce temps.

Il n'allait certes pas lui mentionner sa quête frustrante d'un homme courant d'air dans cette ville qu'il abhorrait. Et si ces propos visaient à lui faire comprendre qu'elle ne souhaitait en rien sa présence, il allait se faire un plaisir de la lui infliger, tout comme il avait du supporter des dizaines de sourires mielleux en une seule journée. Peste que cette ville, que ce Palais ! Mais maintenant qu'il l'avait trouvée, elle, petite héritière, elle pouvait toujours courir pour qu'il fasse son galant. Aucun intérêt pour une dame sans influence et...
Son regard effleura doucement la pointe des oreilles de la Voenon, repères criant de vérité de son manque d'importance. De sa bâtardise peut-être ? En tout cas de son sang-mêlé. Une moins que rien chez les Héritiers. Mais puisse qu'elle tenait à faire partie des leur, pas de traitement de faveur. C'était sur elle qu'il allait souffler un peu cet après-midi.

- Mais si vous préférez rester dans ces rues bondées, et même si celles-ci sont propres... C'est votre choix. Vous avez tellement moins d'obligations que moi, mademoiselle.

Il la regarda apparemment gentiment. Toujours ces paroles que l'on pouvait interpréter comme preuve de simple remarque, sur le ton de la conversation, ou comme preuve de son manque d'utilité dans la société. Comme le soulignait peut-être le regard de Selijar qui s'était progressivement fait condescendant.

- Et malheureusement non, je ne suis pas ici pour une pièce d'orfèvrerie, mais toujours pour le travail, bien que je puisse m'octroyer une pause en votre si charmante compagnie. Si vous avez un peu de temps bien sur. Si je peux me permettre de vous accompagner un peu dans vos pérégrinations. Il me plait d'avoir de vos nouvelles et puisse que nous n'avons pas encore été présenté correctement, je tenais à faire plus ample connaissance.

Sur ces mots, il inclina légèrement le buste vers la demoiselle et finit : Je suis Selijar Sil'Raya, humble Souverain des Sentinelles. A votre service pour une après midi.



"Une véritable Sentinelle ne connaît pas les personnes,
elle ne connaît que les principes."
Revenir en haut
Septima de Voenon
Divin Sang Bleu

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 59
Sexe: Féminin
RP(s): 1
Race: mi-Vale mi-Sorine
Age: 20 ans
Rôle: Musicienne folle
Mental: Lunatique
Maison: Lyedesse
MessagePosté le: Mar 18 Déc 2012 - 13:22    Sujet du message: Pauvres Âmes en Perdition Répondre en citant

La Harpiste éprouva un terrifiant instant de panique. Son corps se paralysa, ses traits se figèrent en une crispation de sourire avenant et ses minuscules mains gantées serraient l’ombrelle à se déboîter. On ne lui avait jamais appris à se conduire devant un Souverain. On ne lui avait dit comment s’adresser à un Souverain. Elle n’avait eu aucune leçon sur le sujet ! Face à Leurs Majestés Borric et Céliya, il était plus aisé de faire la conversation et de passer pour une jolie sotte. Face à Selijar Sil’Raya et à la lame redoutable de son sourire, il aurait été plus prudent de converser avec un chien enragé.

° Inspire, expire. Inspire, expire. Reste calme ° s’exhorta-t-elle bravement.

Alors elle se détendit, desserra sa prise et offrit un sourire plus engageant au Souverain des Sentinelles. Elle leva la main vers lui, dans l’attente qu’il lui fasse le baisemain protocolaire. Elle ignorait tout des convenances face à un tel individu. Elle se trouvait seule, dans les rues marchandes du palais, sans le secours de son insupportable chaperonne. Voilà qui n’était pas pour lui plaire. Elle devrait conserver son sang-froid et ne pas laisser ses doutes transparaître. A l'insulte à peine voilée sur ses "occupations", elle manqua grincer des dents, profondément outrée par ce comportement familier de parfait rustre. Était-il Souverain ou un malotru ? Elle plongea en une révérence pour masquer son trouble.

- Septima de Voenon, de la Maison Sil’Raya. Enchantée de vous connaître, Sire.

Elle avait dorénavant un chevalier servant pour l’après midi. Une perspective qui l’aurait ravie si ce n’avait été lui. Mais, d’un autre côté, que pourrait-il lui arriver en si altière compagnie ? Elle ne risquait ni de se perdre ni de se faire voler. Une Sentinelle – et non des moindres – lui offrait son bras ! Il lui suffisait de ne pas commettre d’impairs et son prestige, et celui de sa famille, s’en trouverait renforcé.

- Je ne suis pas native de cette fourmilière qu’est la capitale. Une provinciale a tout à découvrir de Telrör. Me feriez-vous l’honneur de m’accompagner dans mes pérégrinations parmi ces rues ? Connaissez-vous les plus beaux lieux de cette ville ?

Son ton raffiné et son maintien gracieux ne la trahissaient plus. Elle était redevenue une Héritière, et non une parvenue débarquant en terre étrangère. Depuis cette chasse au Sanghore blanc, elle enviait les petites gens qui partaient à l'aventure. Et depuis l'attentat sanglant qui présageait, tel un sombre orage au-dessus de leur tête, de sérieux ennuis à venir, elle redoutait tout de l'inconnu...


" Oh ! How will you find your way ? "
Alice in Wonderland
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:01    Sujet du message: Pauvres Âmes en Perdition

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Telmàriën, le Royaume Maudit Index du Forum ->
.¤~° L'Auberge Vagabonde du Faiseur d'Etoiles :
-> Les Chroniques des Anges -> An de Grâce 1683
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com | Telmariën Template designed by Roshan del Aed'Rhys
Telmàriën, le Royaume Maudit Index du Forum FAQ Rechercher Profil S’enregistrer Groupes Membres Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion